Tiez Breiz Tiez Breiz Maisons et Paysages de Bretagne

Depuis le 16 mars 2017 : retrouvez-nous sur notre nouveau site sur www.tiez-breiz.bzh !

Changement d'une poutre

par Hervé Even

Nous avons reçu un courrier d'un adhérent R.M., nous posant un certain nombre de questions concernant la mise en oeuvre de poutres dans un bâtiment ancien. Nous avons pensé intéressant de vous communiquer les réponses formulées par notre technicien, Hervé Even.

R.M. : Les artisans auxquels j'ai demandé des devis me proposent de modifier l'écart entre poutres (trop important à leurs yeux, il est actuellement de 0,90 / 0,95 m), ce qui implique : rebouchage des anciens trous au ciment, création de nouveaux trous et scellement des poutres qui serait fait aussi au ciment ("pour que ça tienne" me dit-on.) Est-ce judicieux ?

H.E. : II est en effet dommage de sceller des poutres avec du ciment, celui-ci risque d'entraîner de la condensation qui va humidifier les bois et donc favoriser leur pourrissement.

R.M. : Compte-tenu de tout cela, j'envisage de mettre mes poutres moi-même. Est-ce possible ? Est-ce à la portée de tous ?

H.E. : Les compétences et la méthode dans l'organisation du travail ne sont pas uniquement fonction des connaissances dans le métier. Des amateurs ont pu faire du travail quelquefois meilleur que des professionnels, mais d'autres n'ont pas cette capacité, cela dépend de la compétence de chacun.

R.M. : Quel bois utiliser ?

H.E. :

R.M. : La largeur intérieure de ma pièce est de 505 cm et les murs font 60 cm de largeur. Quelle longueur de poutre et quel écartement dois-je prévoir ?

H.E. : Largeur de la pièce + 30 à 40 cm par scellement minimum  (dans le cas présent 5,05 m + 0,30 m × 2 = 5,65 m à 6,10 m. Ces 30 à 40 cm ont plus pour objet de relier les deux parements de la maçonnerie. (Dans les ouvrages contemporains, le sabot métallique n'offre une assise que d'environ 6 cm.) Ecartement entre poutres et dimensionnement sont liés et sont fonction de la portée et de la charge à supporter.
Soit on diminue l'écartement, soit on augmente la section tout en tenant compte de l'essence du bois. Des abaques sont disponibles et un bon scieur doit répondre à cette question, (voir aussi « centre technique du bois »), ce n'est pas de mon ressort. Plus l'écartement sera grand, plus le plancher devra être épais. Une autre démarche consiste à partir du choix du plancher et déterminer l'écartement en fonction de celui-ci.

R.M. : Comment se réalise la mise à niveau ?

H.E. : Le trait bleu horizontal à 1 m du sol fini du rez-de-chaussée ayant été tracé par le maçon, il suffit de mesurer la hauteur de ce trait bleu au dessus de la poutre en fonction de la hauteur désirée (éventuellement reprendre la hauteur actuelle). Il est souhaitable de mettre 1 à 3 cm de moins en façade principale, ceci pour une meilleure conservation des bois, si le bois penche côté pluie, l'eau s'écoulera vers l'extérieur et non vers l'intérieur), mettre une cale de bois ou une pierre sous la poutre pour la caler juste à hauteur.

R.M. : Quelle est la meilleure façon de procéder ?

H.E. : Percer le mur de part en part (façade nord de préférence) au droit de chaque poutre, puis enfiler la poutre par l'extérieur depuis un échafaudage disposé perpendiculairement à la façade, après avoir sorti l'ancienne. Il est préférable de changer les poutres une à une car elles servent d'écarteurs entre les deux façades ou tout du moins d'en changer 1 sur 2, puis une fois que celles-ci sont en place, changer les autres. Toutefois, un petit vide doit être ménagé entre la poutre et la maçonnerie (2 à 3 mm). Cela peut être fait avec un carton que l'on retire ensuite. Si le bois est mis en place vert (c'est généralement le cas) son retrait au séchage occasionnera le vide. Ceci implique donc que le changement puisse se faire simultanément, ce n'est que la charge ultérieure qui permettra aux poutres de jouer le rôle d'écarteur.

R.M. : De quel matériel ai-je besoin ?

H.E. :

R.M. : Comment se réalise le scellement ?

H.E. : Le trou aura été aménagé avec largement de jeu pour que la poutre trouve sa place sans difficulté. L'arase de niveau pour recevoir la poutre sera réalisée avec soin afin :

  1. d'être juste à hauteur
  2. d'être réalisée avec des matériaux non compressibles pierre ou mieux, cale de chêne posée sur un minimum de mortier.

Il est judicieux de traiter toutes les parties de bois encastrées dans la maçonnerie avec un produit type « goudron norvégien » ou anciennement « carbonyle ».

Les poutres doivent porter sur la plus grande largeur du mur possible, car elles servent aussi de liaison entres les deux parements de pierre constituant le mur. Il est donc souhaitable qu'elles portent sur le parement extérieur sans toutefois traverser en façade sud (réserver environ 10 cm de maçonnerie et un léger vide. En façade nord, elles peuvent traverser de part en part, voire dépasser à l'extérieur).

Position de l'échafaudage :

Position de l'échafaudage

Dans le cas de pose de poutre, le terme de « scellement » n'est pas très bien adapté car quoi qu'il en soit, le bois mis en oeuvre va sécher et donc se rétracter. Au bout de 4 ou 5 ans, il n'y aura donc plus de « scellement ».

Ayant pris conscience de ce fait, la nature du mortier servant à reboucher le trou autour de la poutre n'a donc plus grande importance, on lui demandera juste de ne pas nuire à la durée de vie de la partie de bois encastrée et particulièrement de n'être pas en ciment car celui-ci pourrait condenser et maintenir de l'humidité autour de la poutre. Comme nous l'avons déjà dit, il est souhaitable de ménager un petit vide à l'extrémité de la poutre, cela restant la meilleure façon d'empêcher l'humidité de se propager. Ceci dit, ce vide doit rester assez faible (environ 1 cm) car il ne faut pas non plus que les rongeurs y trouvent de quoi faire leur nid. Une cloison de brique plâtrière peut être interposée entre le bois et le mortier pour ménager un petit vide latéral.

Pour cela taper une brique plâtrière sur une surface plane et dure avec des petits chocs répétés un peu en diagonale afin que seule une arête encaisse les coups mais sur toute l'arête. Vous devez ainsi refendre la brique dans son épaisseur.

Le mortier peut être de chaux ou de terre, identique au mortier de maçonnerie ou même le trou peut être regarni avec un béton de chanvre.

Si l'arase qui reçoit la poutre a été bien réalisée, il est possible de clouer le plancher dans la foulée sans craindre de déplacer les poutres.

Best online blackjack casino games https://onlineblackjack.money/games/.