Auteur Sujet: finitions : enduits et peintures maison, les recettes utilisées  (Lu 16487 fois)

Arpèges

  • Invité
Re : finitions : enduits et peintures maison, les recettes utilisées
« Réponse #15 le: 19 octobre 2020 à 08:51:41 »
Bonjour C.
Je vais étudier cela, car les recettes proposées par Grdy ne sont pas à proprement parler des badigeons à la caséine.
Il utilise un épaississant - la gomme Xanthane - de peintre (additif alimentaire).
Vous en avez déjà fait des litres de votre peinture ?

Dans l'idée soit
- Votre sous couche est trop lisse, le mélange dérape dessus et vient s'accumuler en paquet.
- Le mélange a un problème d’homogénéité.
Ou les deux.

Mes recettes de colles, oubliez-les pour l'instant, c'est très ancien et très efficace (réellement et ce contrairement à la caséine -Xanthane) mais mes explications sont un poil bordélique (QUI A DIT FOIREUSES !!!! ah c'est toi berlo, bon ok).

[Edit]
Voilà, j'ai un peu lu les recettes et disons que le principe reste le même.
Il s'agit de colatures. (de colare ; filtrer, askiparai)
Son liant c'est la Caséine (très dosée, 40-50 gr/l) + une base pour la solubiliser (chaux)
Sa charge c'est la poudre de marbre (+ bl de Titane) à +/- 1000 gr/l
Son épaississant la gomme Xanthane et de l'argile.
Son mordant éventuel, l'huile de carthame (ça c'est particulier).

Le choix de la poudre de marbre, peu onéreuse au kilo mais par 25 kilos, entraîne une surcharge en blanc de Titane pour pallier le manque de pouvoir couvrant et la teinte un peu grise de la poudre de marbre. Pour des surfaces bien inférieures à 100 m2 les blancs de Meudon (plus chers) sont plus indiqués.
Le choix de la bentonite comme argile c'est risqué, il se vend des bentonites grossières et mal lavées plutôt pour le jardin dont la teinte va de nouveau obliger à forcer sur le bl de Titane.
La gomme Xanthane rend possible le chargement des couches. Mais alors il faudrait choisir son rouleau (si rouleau) avec soin. Les rouleaux à "poils" à mon avis (qu'un avis) vont faire glisser le mélange.

Que pouvez vous faire maintenant ? Avec vos kilos de choses et d'autres.
Verifier en lumière rasante que le fond absorbe l'eau d'un coup de pinceau mouillé.
Si ce n'est pas le cas, l'eau perle ou s'étire autour de certaines zones. Il va falloir egrener votre surface au papier de verre 120-180 (à la louche).
Vérifier le comportement de l'eau sur la surface puis faire une première couche de votre peinture en divisant par 2 les concentrations de charges et liant (l'épaississant restant pareil).
Puis appliquer les deux couches de la recette de base à 24h. d'intervalle au "spalter" en espérant que ca se passe comme dans le film...

J'ignore l'effet de l'huile de Carthame, mais je connais ceux de celle de Lin. La tenue et le pouvoir couvrant de la couche est meilleure (entre autres) mais elle réduit sévèrement celle de la suivante surtout si elle a commencé à sécher, alors on ne l'utilise que dans la dernière.
En espérant que cela puisse vous servir etc.

[/Edit]
« Modifié: 19 octobre 2020 à 14:57:09 par Arpèges »

Arpèges

  • Invité
Re : finitions : enduits et peintures maison, les recettes utilisées
« Réponse #16 le: 19 octobre 2020 à 15:23:23 »
Ah oui mais minute papillon.
l'Algo c'est une peintouille naturelle peut être mais une résine alkyde aussi!
Lisse et résistante à l'eau comme c'est écrit sur le bidon.

ManuTaden

  • Membre Senior
  • Messages: 418
    • Voir le profil
    • E-mail
Re : Re : finitions : enduits et peintures maison, les recettes utilisées
« Réponse #17 le: 19 octobre 2020 à 21:14:14 »
Bonjour Arpèges

Pour la sous couche, j'ai pris algo, pour la recette et video, je ne voulais pas balancer, mais il s'agit du site grandordy.fr
Pour l'application donc, ce sera a la brosse avec un aspect du coup.
Sinon en peinture naturelle economique il y a la albion en poudre dont la composition est uniquement Craie, amidon et méthylcellulose, et elle s'applique au rouleau, cela ne peut il etre reproduit chez soi?,
Et qu'en est il de votre recette a base de colle, c'est également à la brosse?


Merci
La peinture algo n'est naturelle que pour son fabricant, elle n'est même pas compostable, il doit encore s'agir d'une alkyde :(

Peinture naturelle économique et en vente : les peintures en poudre comme celles de Kredeizeit : poudre de marbre et caséine, peinture mate, existe en 2.5, 5, 10 et 25 kg : 175 m2 annoncés avec un sac de 25 kg, de mémoire, autour de 150 à 200 € pour 25 kg
https://www.kreidezeit.de/en/product/casein-marble-paint/
Les peintures en poudres Claytec sont aussi des produits intéressants, mais sont un peu plus chères : 100 € pour 10 kg permettant de couvrir 60 à 80 m2.
https://www.baunativ.de/product_info.php?products_id=8167
Sinon, peintures "classiques" en pots, prêtes à poser : Natura, (fabrication française en Normandie) ou Auro (marque Allemande, je ne sais pas comment elle est distribuée en France en 2020).
 


catello06

  • Néophyte
  • Messages: 3
    • Voir le profil
    • E-mail
Re : finitions : enduits et peintures maison, les recettes utilisées
« Réponse #18 le: 20 octobre 2020 à 22:09:37 »
Merci Arpèges pour cette réponse précise.

Eh bien le mur est effectivement imperméable. J'ai testé 1 Kg de fromage blanc. Aujourd'hui j'ai sur le dos 40Kg de poudre de marbre, 5kg de chaux Aerienne et 1kg de blanc de meudon. ça va encore. Je pense réaliser les travaux avec une peinture "naturelle", peut etre peinture albion en poudre ou dubron. Je vais me garder l'option d'un pan de mur dans les chambre type badigeon de couleur.
Merci encore.

berlo

  • Membre Héroïque
  • Messages: 1.041
    • Voir le profil
Re : finitions : enduits et peintures maison, les recettes utilisées
« Réponse #19 le: 21 octobre 2020 à 08:50:42 »
Je réserve la peinture au fromage blanc pour le bois, mais peut-être me trompé-je ?

Et effectivement c'est dur de se passer d'un opacifiant comme le blanc de titane (ou de zinc).

La semaine dernière, j'ai refait un peu de peinture pour repeindre une cheminée enduit béton dont j'ai refait le haut en chaux/terre cuite.
J'ai réalisé une adaptation de mon stuc/peinture en remplaçant le kaolin par un reste de mélange Argilus/sable que j'avais utilisé pour les joints de tomettes, car je ne voulais pas un blanc pétant.
J'ai utilisé de la colle pour carreau céramique diluée appliqué à la brosse comme couche d'accroche, ça m'a bien unifié tout le fond.

J'ai fait en gros, 3l dose chaux en pâte, 4l agrégats (1 wollastonite, 1 poudre de marbre 30, 1 mélange argilus/sable 1/2 blanc de titane, 1/2 mica) + une cuillère de methylcellulose, une de caséine, une d'acrylique. J'ai obtenu 5l et j'ai tout appliqué à la brosse sur la cheminé, ce qui doit bien faire un bon millimètre d'épaisseur.
Cela à bien fonctionné, mais j'aurai dû tamiser le sable/argilus pour supprimer les gros grains. Enfin, vu du sol ça se voit moins...
A voir pour la tenu dans le temps maintenant...

Et bravo ManuTadem et Arpèges pour vos précisions !



Arpèges

  • Invité
Re : finitions : enduits et peintures maison, les recettes utilisées
« Réponse #20 le: 05 mai 2021 à 17:32:35 »
J'ai persévéré dans mes recherches sur l'huile de lin appliquée sur le bois.
Brute elle ne rend pas les services qu'on attend d'elle. N'empeche qu'on l'utilise depuis tellement de temps qu'il doit bien y avoir une raison et une méthode.
A priori c'est la cuisson - sans ébullition! et la mélangeouille de divers trucs.
J'ai tiré d'un doctorat sur la fabrication des vernis de lutherie anciens une méthode (récente) pour obtenir un simili-vernis à l'huile de lin, chic et pas cher.
L'objectif est de réaliser mes sous couches pour le bois brut à peindre avec la peinture proposée par ColorRare qui coute bonbon elle. Bon et bien ça marche.
La methode de l'huile cuite est "facile"...
- 1 L. d'huile de lin (5 à 8 €)
- 250 gr de Colophane en grains (22 à 25 €/kilo) (dans la recette originale de "vernis" c'est le double ou le triple ?)
- 50 gr de blanc de zinc ou de sulfate de cuivre (bleu), ou rien.



Dans une casserole isolée (voir photo) et à l'extérieur !! (l'ébullition est à 270-290° mais le point de fumées démarre à 100° et l'odeur  infame colle à tout, genre au premier essai l'intégralité de la maison a senti grave pendant trois jours, donc dehors**) on verse son huile et on monte à 100°c, on ajoute alors progressivement sa colophane qui se dissout rapidement.
A ce stade il y a des bouillons, crépitements, projections - j'imagine qu'il y a un peu d'eau dans tout cela.
On repart en temparture et vers 200°c on ajoute son blanc de Zinc (teinte blanche...), ou son sulfate de Cu (teinte bleue-noire mais légère) ou rien. Dans la recette d'origine c'est du litharge. Un sel de plomb. Bon ça on oublie. Le Zn ou le Cu sont moins toxiques mais assez pour limiter la micro-flore-faune qui s'attaquerait au simili-vernis.
On maintient la temperature pendant 45 minutes de plus à 230° (environ) d'ou l'interet d'isoler sa casserole.
L'huile subit des modifications chimiques (détaillées dans le doctorat) que... je n'ai pas pris la peine de lire.
Il faut de toute facon se situer au dela de 180 (et alors compter deux heures ?) et toujours en dessous de 270. A l'ébullition votre huile n'est plus cuite elle est morte, foutue.
Elle fonce très fort. Jolie couleur ambrée toutefois.
J'ai tenté de la décolorer au soleil (comme on fait avec l'huile de lin) bon ça marche pas.
Ou pas bien, il faudrait attendre plusieurs mois pour bien faire (heureusement la bouteille est solide car elle est tombée de la fenêtre. Du premier, deux fois...)
Sa rhéologie est un peu traitre. La cuisson fait gagner beaucoup en viscosité, on  (j'ai) a tendance à charger de trop et patatras au bout de qq minutes ça coule mais on peut essuyer.
Alors il faut l'appliquer tiède (non diluée) en très fines couches.
Compter trois à + jours de séchage (ah oui)
Le rendu final est brillant et contrairement à l'huile de lin brute ça tient.

Arpèges

  • Invité
Re : finitions : enduits et peintures maison, les recettes utilisées
« Réponse #21 le: 05 mai 2021 à 17:33:54 »
Avant couche finale on passe à la paille de fer (égrenage).
Je n'avais pas de sulfate de cuivre, alors j'ai pris de la bouillie bordelaise qui est un sel double de Cu hydraté.
Bon c'est pas terrible, il y a des voiles dans le verni et ca semble se déposer, il faut mélanger avant utilisation.
Vous pourriez utiliser les oxydes colorant (types oxydes de fer ou de cadmium) mais c'est théorique.
Les colorants synthétiques (certes c'est un peu dommage) compatibles grlycéro ou polyuréthane eux sont parfaits. Mais la grande majorité des pigments/colorants/terres étant hydrosolubles ne fonctionnent pas.
J'ai essayé avec des pigments dits bronze couleur dorée, ils se barrent dans la peinture (verticale, comme souvent un volet), a fait un joli liseré en bas.
Si vous cherchez à modifier en mieux la viscosité du simili-vernis vous pouvez ajouter de la "silice pyrogenée", ca se trouve maintenant. C'est de la silice inerte (de la poudre de verre ultra fine) et pyrogenée ce qui veut direuh.
Dire euh, pardon.
C'est un produit avec lequel je fais des décapants à la soude.

Dernier point, le nettoyage des pinceaux. Dans une solution très chaude à 5% de soude (grains) pdt 15' (pas laisser barboter 115 ans) puis rincage, trempage dans une boue lègére d'argiles, sechage (là 115 ans c'est permis) , puis on frotte et le pinceau est neuf.
Si vous faites aussi tremper la bague de maintient des soies bon là vous avez un pinceau neuf.
Mais en kit. La soude dissout la colle j'imagine.
L'argile vous pouvez aller la chercher à Montesqiou chez Charles XXXII il n'a que ça.
Peut-etre qu'une autre convient aussi, mais j'ai pas essayé.

** pas sous une hotte non plus (message précédant), le filtre va être saturé d'huiles et au premier flambage (bananes, crèpes, homard, gras double) le filtre s'enflamme (même ceux au charbons dans une structure acier).