Auteur Sujet: La migration d’humidité et de vapeur d’eau dans les parois du bâti ancien  (Lu 1038 fois)

matt

  • Membre Senior
  • Messages: 344
    • Voir le profil
    • E-mail
Bonjour,
Je partage cette publication d'Enertech, qui n'est pas toujours dans la philosophie de Tiez Breiz, mais qui donne des éléments de discussion intéressants, à mon humble avis.
Bonne lecture.

Citer
Ce document long de 92 pages est une synthèse bibliographique pour la rénovation performante à destination des concepteurs et des artisans. Les études portent sur les murs anciens, qu’ils soient en béton, pierre, parpaing, pisé ou encore à pan de bois, et sur les toitures. Des bonnes pratiques et des points de vigilance illustrent ce document technique.

La migration d’humidité et de vapeur d’eau dans les parois du bâti ancien : http://www.enertech.fr/modules/catalogue/pdf/45/171221_Etude%20humidite%20b%C3%A2ti%20ancien_vfinale.pdf

Liet

  • Néophyte
  • Messages: 23
    • Voir le profil
    • E-mail
Bonjour,

Merci pour ce partage !

berlo

  • Membre Héroïque
  • Messages: 833
    • Voir le profil
Merci, c'est intéressant en effet. pratique le système de fiche.

Cependant, un truc qui me turlupine : C'est le cas de la page 26 (mur en pierre du groupe 3 d'avant 1948, isolé par l'intérieur). Il est dit que les isolants minéraux sont à privilégier car ils sont moins hygroscopiques :"Dans cette configuration la laine minérale se comporte mieux qu’un isolant hygroscopique qui a tendance à rester trop chargé en humidité"

Si la même quantité de vapeur d'eau arrive dans l'isolant, où est passée l'eau qui n'a pas été absorbée par les laines minérales ? elle a été transmise au mur ? pourquoi le mur en pierre évacuerait plus d'eau dans ce cas là ? pas de condensation ? pas d'écoulement sur la face interne du mur ? quid de la performances isolantes des laines humides ?

En plus dans es résultat de la simulation en annexe (page 65) ce n'est pas vraiment flagrant, on dirait que c'est le contraire même ! à part le premier jour ou c'est plus humide en profondeur dans la laine de bois.


C'est l’intérêt des enduits chaux-chanvre justement, absorber les pointes et bien transmettre l'humidité. Ça rejoint l’intérêt d'un enduit de redistribution évoqué dans le rapport.

Bref, ce n'est pas très clair. Je ne suis pas certains du tout que le modèle numérique soit assez complexe et j'ai l'impression qu'il à été utilisé sans calage sur un modèle réel dans les cas précisément évoqué. Ça peut être trompeur ces modèles, c'est pratique, ça coute pas cher, on obtient des résultats quoiqu'il arrive, mais sans recouper les résultats avec des données expérimentales on ne sait pas trop à quoi s'en tenir.

Au fait, quelqu'un ici avait parlé d'une expérimentation dans une université de Bretagne à propos du chanvre, des résultats ?
« Modifié: 23 février 2018 à 10:43:41 par berlo »

Arpèges

  • Membre Héroïque
  • Messages: 761
    • Voir le profil
    • De la chaux mais pas Niestlé
    • E-mail
Au fait, quelqu'un ici avait parlé d'une expérimentation dans une université de Bretagne à propos du chanvre, des résultats ?

Peut-être en avait-on parlé ici de manière un peu confidentielle ?
Sinon il existe des travaux publiés sur le chanvre, je n'en prend qu'un seul exemple : https://hal.archives-ouvertes.fr/tel-00934732

berlo

  • Membre Héroïque
  • Messages: 833
    • Voir le profil
C'est ça, je me souviens de cette discussion, je voulais savoir s'il y avait eu une synthèse, des conclusions de tirées.

(merci pour le lien)

Arpèges

  • Membre Héroïque
  • Messages: 761
    • Voir le profil
    • De la chaux mais pas Niestlé
    • E-mail
C'est ça, je me souviens de cette discussion

2012 bonne mémoire ;-)
Pour une synthèse je n'en sais rien. La "théorie" sur l'isolation-hygro-thermo-inertiello-passivo-rhéabilitante avance peut-être mais elle ne m'a pas prévenue.
J'ai peut-être une référence intéressante à lire à ce sujet, intéressante car différente - ce qui ne veut pas dire qu'elle détient la vérité - mais qui développe peu son sujet.

Et pour faire écho à un point de l'article d'Enertech (un poil obscur tout de même...) j'ai une référence qui met en relation la porosité des enduits de chaux avec leurs proprietés hygro-capilaires et de résistance. C'est une thèse de K. Balksten (courte, en Anglien isi tou ride, au chapitre 5 plus spécialement)

Illustrée par ce genre de résultats :



Si vous préférez l'article complet (plus détaillé) c'est à chercher sous cette référence :
Balksten, K., Magnusson, S. (2004) The pore structure in lime plaster as a key
to understanding moisture transportation properties and frost damages.
Proceedings of the 10th International Congress on the Deterioration and
Conservation of Stone. Stockholm, Sweden 2004.