Auteur Sujet: chape maigre  (Lu 27916 fois)

PP

  • Modérateur Global
  • Membre Senior
  • Messages: 300
    • Voir le profil
    • Site
Re : chape maigre
« Réponse #15 le: 04 mai 2008 à 17:34:45 »
Bonsoir,


Comme il est dit précédemment il est plus facile de rattraper les défauts sur chape fraîche.

Dans mon cas la chape avait été faite environ 1 mois avant mais, cela n'a pas vraiment d'importance car j'ai fortement humidifié pour la pose des carreaux. Il s'était écoulé un mois pour des raisons de disponibilité!!!!

Durant la pose j'ai fait évoluer la composition de la barbotine de pose. Au début j'avais un mélange moitié sable fin moitié chaux NHL3,5 puis je suis passé sur de la chaux uniquement.

Pour les joints je suis resté sur le mélange moitié / moitié.

@+
PP

nelly40

  • Néophyte
  • Messages: 16
    • Voir le profil
    • E-mail
Re : chape maigre
« Réponse #16 le: 21 mai 2016 à 09:38:25 »
Bonjour à toutes et à tous,

Je reprends ce fil à propos de la composition des joints des tomettes.
J'ai lu la fiche TB dans laquelle il est question de présence de terre minérale dans la barbotine :


1/2 volume d'agrégat tamisé fin (sable + terre minérale),
1/2 volume de liant chaux hydraulique naturelle, dont la dureté est proche de celle du carreau.
Les nuances de couleurs sont obtenues en choisissant les terres minérales, en variant aussi leur proportion avec le sable. Si le sable est celui qui a servi pour la chape, son pouvoir colorant sera faible.

Mélanger, pour moitié-moitié, la terre (avec du sable, éventuellement), avec de l'eau ; puis tamiser cette boue, rajouter le liant, et malaxer soigneusement, à l'aide d'un malaxeur monté sur une perceuse.


Sur d'autres fils, on ne mentionne pas du tout la présence de terre et parfois même un mélange 50/50 chaux NHL5/eau (sans présence de sable)...

ESt-il possible de refaire un point sur la composition et la consistance de cette barbotine?
La terre est elle indispensable?

D'autre part, ma chaux NHL5 avec mon sable 0/4 roulé de carrière donne une couleur grise, comment faire pour obtenir des joints un peu plus blanc que la chape maigre?
Opter pour un sable plus blanc de granulométrie 0/1?

Merci pour toutes ces précisions

Nelly

Arpèges

  • Membre Héroïque
  • Messages: 1.467
    • Voir le profil
    • De la chaux mais pas Niestlé
    • E-mail
Re : chape maigre
« Réponse #17 le: 21 mai 2016 à 10:25:37 »
Bonjour,
La barbotine c'est un mortier liquide.
Sa formulation va dépendre de l'usage projeté, certains posent sur chape sèche à la barbotine (plus épaisse), d'autre posent sur chape fraiche à l'avancée et la barbotine (plus fluide) ne sert qu'à remplir les joints.
La formulation à base de terre doit probablement servir dans le premier cas (mais je ne connais ni n'utilise cette méthode peut-être obligatoire sur un plancher à quenouille ?)
Les formulations NHL/sable dans le second.

La NHL5 est toujours grise et n'est pas plus indiquée qu'une autre , les NHL3,5 et NHL 2 elles se trouvent en blanc. La CL90 sauf cas particulier est moins à conseiller.

Sauf erreur la barbotine NHL5/Eau est un lait de chaux, dont je ne vois vraiment l'usage sauf à récupérer un remplissage des joints raté. Ce que j'ai fait un jour pour un carrelage mal collé mais ceci  ne concerne pas vos objectifs.

La couleur du joint sera celle du liant si il est hydraulique et un sable lavé ne l'influencera que très peu. Notez (ou pas) que de manière plus générale un joint discret doit être plus foncé que le motif qu'il encadre, c'est valable aussi si vous faites une retouche au mastic sur du bois par exemple.
Avec un joint clair vous risquez surtout d'avoir un joint en permanence d'aspect "sale".
Cela dit les coeurs d'artichauts enrobés de miel et finement poêlés c'est un délice.

nelly40

  • Néophyte
  • Messages: 16
    • Voir le profil
    • E-mail
Re : chape maigre
« Réponse #18 le: 20 juillet 2016 à 12:37:42 »
Bonjour,

Autre question concernant la pose de tomettes sur chape maigre :
Dans la fiche TB, il est  question
1/de" zones faibles"  dues notamment aux gaines éléctriques et d'eau qu'il faut éviter.
2/ d'épaisseur de chape qui doit être la plus constante possible


Dans mon cas, j'ai maintenant une dalle chaux/pouzzolane de 15cm sur hérisson et des gaines électriques qui courent un peu partout sur le sol ainsi que des creux et des bosses dûs aux nombreux passages de brouette depuis 9 mois.

Notre dalle n'est donc plus de niveau. Pour atteindre notre point zéro, nous avons des variations entre 5 et 12 cm à combler (oui je sais c'est énorme! on s'est bien craqué mais bon...)

Peut-on envisager une chape fraiche dont l'épaisseur sera variable entre 5 à 12 cm avec les gaines électriques "prises" dedans?
 
Quels sont les risques ?

 ou alors ?

Me conseillez-vous, avant la réalisation de la chape maigre (et pose des tomettes à l'avancée) de faire une chape de ragréage (1 vol de chaux NHL 5 + 3 vol de sable) dont le but sera
1/ de prendre en masse les canalisations
2/de rétablir le niveau

Etant donné que nous avons de contraintes de timing (1 hiver en mobil home c'est bien, 2 c'est trop ;-)), peut-on envisager de poser la chape maigre+ tomettes 1 semaine après la chape de ragréage?

Merci

Nelly

tixi

  • Membre Senior
  • Messages: 254
    • Voir le profil
Re : chape maigre
« Réponse #19 le: 20 juillet 2016 à 14:39:15 »
bonjour,
je trouve qu'il y a quelques approximations dans ce fil
la pose traditionnelle des carreaux terre cuite (tommettes par ex) se fait en pose scellée (a bain soufflant)
cad à l'avancée sur une chape maigre et sèche de plus ou moins 3 cm d'épaisseur et en saupoudrant du mortier (chaux avec les tommettes)
éviter de faire le mélange avec une bétonnière électrique le mieux étant à la main
ce mortier étant posé sur un lit de sable de désolidarisation qui permet de remettre à niveau et de couvrir le réseau électrique ( le réseau d'eau ne devrait jamais se trouver là )
après chacun fait ce qu'il veut et comme il peut mais c'est quand même la méthode qui a fait ses preuves depuis la nuit des temps
thierry

nelly40

  • Néophyte
  • Messages: 16
    • Voir le profil
    • E-mail
Re : chape maigre
« Réponse #20 le: 20 juillet 2016 à 16:38:35 »
Bonjour Thierry et merci de votre réponse.

Du coup, vous nous conseillez de remplacer cette chape de ragréage (que je proposais à 1vol de chaux NHL5 3 vol de sable) par un lit de sable ?

Merci
Nelly

Arpèges

  • Membre Héroïque
  • Messages: 1.467
    • Voir le profil
    • De la chaux mais pas Niestlé
    • E-mail
Re : chape maigre
« Réponse #21 le: 20 juillet 2016 à 17:18:09 »
Bonjour,
Je comprends un peu vos atermoiements.
A propos des tomettes, il a été écrit presque tout.
- Sur chape ou dalle sèche à bain soufflant. Avec ou sans désolidarisation sable.
- Sur chape maigre (5 cm minimum) à l'avancement, saupoudrage de surface, sur hérisson. (Fiche T-B)
- Collage sur chape ou dalle.
- Sur mortier maigre à l'avancement directement sur lit de sable.
- Je crois que j'ai même vu passer une pose sur sable stabilisé.

Je n'explique pas facilement le "creusement" des voies de passage des brouettes sur le béton de pouzzolane, sauf à suspecter un souci de formulation, normalement c'est parfois friable mais dur.
Si c'est encore possible, je pellerai la surface de la dalle pour limiter les écarts. 9-12
Puis sable stabilisé (1 vol chaux/10 volumes sable, non mouillé) et damé sur 4-5 cm noyant le réseau de gaines éléctriques.
Puis la ou les chapes en fonction du projet.

La contrainte "temps" elle est surtout liée à la mise en circulation, à la CL90 on annonce presque 6 mois, c'est très (trop) long.



bonjour,
la pose traditionnelle des carreaux terre cuite (tomettes par ex) se fait en pose scellée (a bain soufflant)
cad à l'avancée sur une chape maigre et sèche de plus ou moins 3 cm d'épaisseur et en saupoudrant du mortier (chaux avec les tomettes)

J'avoue que je pensais plutôt cette méthode comment étant moderne, c'est à dire juste avant les colles. Du coup je sais plus trop... ;-)
« Modifié: 20 juillet 2016 à 17:25:54 par Arpèges »

nelly40

  • Néophyte
  • Messages: 16
    • Voir le profil
    • E-mail
Re : chape maigre
« Réponse #22 le: 21 juillet 2016 à 08:34:52 »
Bonjour,


Je n'explique pas facilement le "creusement" des voies de passage des brouettes sur le béton de pouzzolane, sauf à suspecter un souci de formulation, normalement c'est parfois friable mais dur.
Si c'est encore possible, je pellerai la surface de la dalle pour limiter les écarts. 9-12
Puis sable stabilisé (1 vol chaux/10 volumes sable, non mouillé) et damé sur 4-5 cm noyant le réseau de gaines éléctriques.
Puis la ou les chapes en fonction du projet.

oui je crois qu'il y a eu quelques gachées ratées :-(( On est loin d'être des pros.On fait ce qu'on peut... Et encore, heureusement que j'avais suivi le stage TB. Les endroits friables sont surtout présents à la jonction entre dalle et plots de niveau... J'avoue que sur ce coup j'avais fait ma sauce et formulé en chaux/sable uniquement (sans pouzzolane)... ceci explique peut être cela...
Bref...
Je me demande si autrefois ils faisaient appel à un carreleur pour poser des tomettes... Ou alors çà explique les sols gondolés, les meubles bancals et les ouvertures très larges des pas de portes (pour pas que çà coince)...
Force est de constater que c'était pas d'aplomb mais que çà tenait!
Perso, çà ne me dérange pas d'avoir un sol pas droit... Je veux juste que çà tienne dans le temps. D'où mes questions...

Au vue de tout ce qui a été écrit sur les tomettes, nous allons faire ce qui nous paraît le plus accessible pour les amateurs que nous sommes et nous allons partir donc sur une chape maigre ( 1/6) avec pose des tomettes à l'avancée+ barbotine directement sur notre dalle pas droite.
Le but étant que çà respire et que çà ne se décolle pas !

Merci encore de prendre le temps de partager vos savoirs.

Nelly



Arpèges

  • Membre Héroïque
  • Messages: 1.467
    • Voir le profil
    • De la chaux mais pas Niestlé
    • E-mail
Re : Re : chape maigre
« Réponse #23 le: 21 juillet 2016 à 12:08:52 »
Force est de constater que c'était pas d'aplomb mais que çà tenait!
Perso, çà ne me dérange pas d'avoir un sol pas droit... Je veux juste que çà tienne dans le temps.

[attention les lignes qui vont suivre peuvent contenir des propos gravement offensant pour les publics non avertis]
Je n'ai pas eu de chance, hormis les demeures de prestige mon impression générale reste que non seulement c'est gondolé mais en qu'en plus ça ne tient pas. Le carreau qui ballotte sous le pied n'est pas si rare. Sans doute lié à la difficulté de la méthode qu'avant comme maintenant il n'est pas toujours possible d'appliquer à la perfection.

Sur l'épaisseur des couches je suis moins enclin à laisser une place au doute. Les mortiers comme les bétons se vibrent, tirent et se tassent. Et j'ai définitivement abandonné la méthode des mises à niveau par plots, pour travailler au laser. Ne comprenant pas comment il est possible d'attendre d'une dalle un mouvement homogène alors qu'elle est composite, les plots étant formulé différemment des gachées qui suivent - qui faites à la main ne sont pas toujours égales non plus.

Dans votre cas je vérifierai si la dalle est encore tassable quitte à louer une dameuse, j'aurai pelé la surface pour limiter les écarts et encastré les gaines par saignées dans la dalle. Sans autre objectif que d'éviter le doute, parce que peut-être qu'une pose sur mortier maigre de 5 à 12 cm est parfaitement réalisable mais j'ai du mal à m'en convaincre.

Théodule

Arpèges

  • Membre Héroïque
  • Messages: 1.467
    • Voir le profil
    • De la chaux mais pas Niestlé
    • E-mail
Re : chape maigre
« Réponse #24 le: 21 juillet 2016 à 21:03:56 »
Pour ajouter à l'éventail des pratiques de poses, il est précisé dans le Manuel du maçon-plâtrier, carreleur, couvreur de J Toussaint édité en 1834 que la pose se faisait généralement au plâtre et sur gravats.

Citer
Un carreleur doit d'abord s'assurer du niveau de la pièce
qu'il doit carreler, afin de faire répandre sur l'aire deux pouces d'épaisseur de poussière provenant de démolitions d'ouvrages en plâtre et de recoupes de pierre qu'il fait passer au panier par son garçon ; c'est la forme sur laquelle il pose son carreau. On mêle dans le platre une certaine quantité de suie , de manière à ce que l'augée devienne de couleur roussâtre : ce mélange empêche le plâtre de prendre aussi vite que lorsque les maçons l'emploient, et laisse le tems au carreleur de procéder à l'arrangement de son carreau sur la couche de ce plâtre qu'il étend sur la poussière au fur et à mesure de son travail.

Précisant toutefois que chaux ou terre sont utilisables :

Citer
On pose aussi le carreau sur du mortier de chaux et de sable, dans les contrées où il n'y a point de plâtre, et encore lorsque cette matière est trop chère. On le pose même aussi sur une couche ou une aire de terre franche, dans les bâtimens ruraux.