Auteur Sujet: Peinture à l'argile  (Lu 31645 fois)

Arpèges

  • Invité
Re : Peinture à l'argile
« Réponse #15 le: 09 avril 2019 à 23:53:55 »
(limite des trois mille caractères) : En cas de problème, il y a des pâtons, des morceaux etc. diluez votre mélange en triplant le volume d'eau puis filtrez-le sur un voilage de rideau, un bas/collant (tendu), un voile de tamis pour apiculteur ou et c'est bien plus difficile à trouver un tamis 60 ou 80. Laissez décanter quelques jours. Puis enlevez l'eau résiduelle. Mesurez (environ) l'eau ajoutée et l'eau soustraite pour être sûr des chiffres.
Le taux de dilution de l'argile est important.

Arpèges

  • Invité
Re : Peinture à l'argile
« Réponse #16 le: 10 avril 2019 à 00:34:16 »
Essais interminables partim two.
Les mélanges.
Essayés avec ; rien, la colle blanche (pva), l'acrylique, l'huile de lin, la colle papier peint, du talc et du latex synthétique (SikaTruc), la colle de peau c'est pour une autre fois (comme d'ailleurs la colle d'écorce de bouleau qui ne se fera certainement jamais).
En tableau ça donne ceci :

Une petite image du matériel utilisé :
https://chauxetdependances.files.wordpress.com/2019/04/img_20190408_190019-1.jpg
En pratique sur le mur ca donne cela
pour la première couche :

Et enfin ceci pour la seconde (pas séche!):

Cela appelle quelques commentaires...
Le tableau des mélanges est un peu brouillon, il aurait fallu fixer un paramètre (ex. le taux de dilution d'argile) puis en ajouter un autre et le faire varier (disons trois ou quatre valeurs). Avec l'argile et huit paramètres ca fait vite beaucoup d'options. D'autant qu'une fois fixé un paramètre il faut le croiser avec les autres or ils ne sont pas indépendants.
Je vous laisse imaginer les tableaux de quelques centaines de lignes en perspective (une aspirine ?)
Alors j'ai fait plus simple donc moins bien. Avec divers essais non présentés pour orienter les essais. Toutes les valeurs sans unités sont en grammes.
L'objectif c'est de faire tenir 100 à 150 gr d'argiles par m² sur le mur. Vu les résultats les valeurs du tableau sont dans les clous. Une préférence pour l'essai numéro 3.
Pour détailler l'effet des adjuvants j'ai des pistes nettes et d'autres moins :
L'huile de lin : Hydrofuge, protectrice, donne du corps à la peinture, facilite son étalement, fonce la couleur, elle est parfaite sauf qu'elle augmente la transparence (la peinture couvre moins).
Essais n°5, 8 et 9 (8 et 9 non présentés, mais ce sont les essais retenus)
La colle à papier peint (tout le monde dit methylcellulose sauf que sur le site d'un fabricant il est écrit "extraits d'amidons"??) : C'est l'adjuvant qui donne la texture idéale à la peinture. Pas assez (2-4 gr / litre) elle ne fait rien, trop (12-15 gr/litre) c'est de la purée inutilisable, jusqu'à 5-6 elle donne un peu de corps, entre 7 et 11 elle est parfaite. C'est un paramètre difficile à fixer et manipuler vu sa variabilité. Il existe différents types de colles, la mienne "papier standard à 4€" était périmée.
Il faut trouver une technique pour l'ajouter, car si vous l'ajoutez directement il va y avoir des grumeaux (pas bien grave notez mais ça peut être énervant). Alors d'abords la préparer à 20/30 gr litre puis l'ajouter à l'argile. (suite suivant)
« Modifié: 10 avril 2019 à 01:28:33 par Arpèges »

Arpèges

  • Invité
Re : Peinture à l'argile
« Réponse #17 le: 10 avril 2019 à 01:19:16 »
(suite) Elle a un effet décapant sur la viscosité ;
La ligne visc relative sec. est un test non standard réalisé avec un petit entonnoir. Les valeurs affichées sont en secondes le temps nécessaire à l’entonnoir pour se vider (c'est une moyenne sur plusieurs mesures). Elles permettent de comparer entre eux les essais. Ca va d'une valeur de 3,7 à 60 et même en cas d’excès (N°1) ca ne coule pas du tout.
Ca ne vaut que pour cet entonnoir là. En pratique ça veut dire qu'a partir de 7-8 gr/litre de colle papier peint (cette colle là!!) la peinture ne coule pas et le mélange reste stable (surnageant faible).

Le liant acrylique : Je n'avais que du Bindex très concentré (et très cher). C'est le seul adjuvant qui ajouté seul à permis d'obtenir une argile sans surnageant (sédimentation) mais la peinture coule (et laisse des traces de pinceau) et couvre assez mal à la première couche, cela s'améliore à la seconde. C'est l'essai 0. Il n'est pas à jeter car vu d'autres essais c'est l'adjuvant qui permet de tenir sur les surfaces trop lisses. C'est une piste à garder pour les sous-couches.
L'idée c'est même de mélanger de l'argile à une peintre acrylique (A+) premier prix très diluée pour obtenir un fond uni sur les supports a problème.
Il y a une réticence naturelle à utiliser l'acrylique car justement ce ne l'est pas (naturel).

Le talc : Comme charge. Dans un stuc (chaux) il donne après lustrage des effets moirés très jolis, dans la peinture à l'argile je ne vois pas son utilité. Il est plus cher que l'argile et il faut le voir de très (très) près pour admirer ses effets de brillance. Petites plaques qui renvoient la lumière.
Vu à la loupe...

La colle vinylique ou Pva : Colle blanche dans mon cas, colle à bois ou liant vinylique. Inoffensive malgré son nom synthétique. A voir. Elle n'a pas de défaut mais pas de qualité remarquable. Sauf peut-être sa rhéologie. A partir de 14 gr. (essai n°2) au touillage le mélange épaissi comme un fluide non-newtonien.

L'Hydro SK : L'hydrofuge SikaTruc utilisé pour les enduits, bétons, mortiers. Aucun avantage particulier. De toute façon je ne voulais pas dépasser 10% du poids de l'argile et 5% du volume final. C'est le seul produit qui contient un constituant à déclaration obligatoire* (= problème de santé en perspective)

* Les normes sont assez variables pour les produits non alimentaires, une seule règle respectée : si il y a un problème il est écrit en tout (tout) petit quelque part. Le reste c'est du vent ;-)

L'Hexametaphosphate de sodium C'est un dispersant pour l'argile, indispensable si vous vous lancez dans la fabrication de dizaine de litres de peinture, je n'en parle pas mais ça existe.
Chez Solargil en réactif technique c'est aux alentours de 15€/kilo ailleurs c'est beaucoup plus cher.
Concentration 1 à 2 % du poids d'argile (ne fonctionne pas sur la Kaolinite, mais elle est rare).

Arpèges

  • Invité
Re : Peinture à l'argile
« Réponse #18 le: 10 avril 2019 à 01:24:50 »
Les pigments/colorants : Il faudra en parler car c'est la partie coûteuse (facile 50%) de l'opération, d'autant que les terres "naturelles" sont aussi de l'argile et que c'est à intégrer dans les calculs.

En résumé je m'excuse pour tout ce verbiage indigeste ;-) et vous souhaite de joyeuses fêtes de la saint choucroute. Je ferai plus concis une autre fois.
Je me savais très apte à parler pour ne rien dire mais de là à écrire pour la même chose, j'ai comme une pudeur de damoiseau.

rony80

  • Membre Senior
  • Messages: 396
    • Voir le profil
    • E-mail
Re : Peinture à l'argile
« Réponse #19 le: 10 avril 2019 à 22:40:09 »
Salut et MERCI pour le retour d'expérience :)

Taone

  • Membre Complet
  • Messages: 195
    • Voir le profil
    • E-mail
Re : Re : Peinture à l'argile
« Réponse #20 le: 11 avril 2019 à 22:28:45 »
j'ai comme une pudeur de damoiseau.

Faut pas
Merci aussi, pour cette contribution , et tout le reste.

(Et le Cesar d'honneur pour l'ensemble de son oeuvre est décerné à...)

T.

berlo

  • Membre Héroïque
  • Messages: 1.041
    • Voir le profil
Re : Peinture à l'argile
« Réponse #21 le: 16 avril 2019 à 15:56:40 »
Oui, bravo Arpèges,

j'ai fait un peu la même tambouille pour des enduits à la chaux, mais je me suis un peu emmêlé les pinceaux, car je n'ai pas eu ta rigueur dans le protocole. Je ferai un CR avec ma recette finale probablement. J'ai fait 8-9 essais aussi et c'est long... et les derniers se sont rétractés et décollés, la loose, sous-dosés en chaux je pense.

Mes impressions sur les éléments en commun :
J'essaie de limiter les adjuvants au minimum: environ 2% du volume de chaux.

- Pour le methylcellulose, ce que j'ai est en poudre (ceci). Je l'ajoute sous forme de gel (ma préparation doit avoir 2 ans maintenant). Il faut le mélanger à l'eau quelques jours avant de l'utiliser il me semble, ça ressemble fortement à de la colle à papier c'est vrai. J'en mets environ une cuillère à soupe (20ml) pour 2 l d'enduit (750ml de chaux en pâte).

- Pour le liant acrylique (ceci, je n'ai pas essayé d'autre colle), j'en mets environ une cuillère à soupe (20ml) pour 2 l d'enduit aussi (750ml de chaux). Je pense que grâce à lui j'évite facilement le poudrage et quelques jours après la surface et lessivable sans blanchir mon éponge. Comme toi, un peu réticent à l'utiliser aussi, il faudrait que je fasse un essai sans pour voir la différence.

- J'ajoute en gros la même proportion de sel d'alun (dispersant, fixateur ??). pas trop sûr de l'effet non plus, mais ce n'est pas cher !

- Le talc, change la plasticité de l'enduit, c'est plus pâte à modeler avec, mais je fais un peu le même constat que toi, avec des poudres très fines comme de l'argile c'est redondant.

- Les pigments/colorants, un peu de blanc de titane et une pointe de bleu outremer produisent un blanc très lumineux, voir trop. Pas la peine d'en mettre énormément dans mon cas, 10% du vol de chaux. J'ai utilisé de la chaux en pâte que j'avais éteinte il y a plus d'un an, à partir de chaux micronisée, un pur régale, très blanche, aucune impureté, mais bon c'est difficile d'en trouver, pourtant elle est très utilisée dans l'industrie et ça doit être pas trop cher....

- savon, j'ajoute toujours une noisette de savon noir, en espérant que cela améliore le mélange, agent mouillant, dispersant,... en tout cas, ça sent bon ! tu pourrais peut-être essayer un peu de savon pour disperser tes grains d'argile et stabiliser l'émulsion.

bonne continuation, bon courage, que le dieu des mélanges soit avec toi !


Arpèges

  • Invité
Re : Peinture à l'argile
« Réponse #22 le: 18 avril 2019 à 00:31:22 »
;-)
Les peinturlures à la chaux je maîtrise un pneu plus plus.
Sauf qu'en fonction du support, du résultat, des conditions c'est parfois d'une difficile complexité complexe et compliquée. Avec l'argile je cherche un produit plus simple.
Et si le mot à la mode c'est sérendipité, dans mon cas c'est plutôt sérendépité.
Certes tous les mélanges tiennent et l'objectif est mieux cerné. Mais un détail soulevé par hasard me chiffonne. Le savon noir.
Je l'utilise oui comme mouillant sans le préciser (et pas de produits vaisselles à cause des mousses) pour mélanger les pigments ou l'huile de lin.
Sauf que si dans le cas d'un enduit à la chaux on peut l'appliquer (plutot a fresco) sans presque rien changer à la couleur, comme imperméabilisant, dans le cas de l'argile (ceux étudiés) le savon noir fonce la couleur et d'autres savons font la même chose.
C'est génant. Un coup de serpillière savonneuse et paf une trace ou une auréole.
J'espère que c'est juste du à l'argile "polymère" utilisée pour les essais. (trop chère je comptais l'abandonner).
On peut observer sur la photo les bandes horizontales réalisées sur les essais 5 à 9.



On y voit aussi les effets sur la couleur des adjuvants. Léger foncage pour l'acrylique et la colle PP en exces (0 et 1) fort foncage pour l'huile de lin (5, 8 et 9) et pour les mêmes l'effet de transparence du à l'huile. Le trait de feutre ne disparait pas. A moins qu'il ne se soit solubilisé dans le mélange. Je vais tout refaire en resserant l’éventail de paramètres.
En oubliant définitivement l'ajout de chaux (écailles) talc (rien) farine (écailles) et lait (moisissures dans le pot)

Pour l'argile a priori l'Alun est sans objet, en soltion dans l'eau il fait précipiter les oxydes (pigments). Alors que pour la chaux il fixe, disperse, etc.

Citer
et les derniers se sont rétractés et décollés,
Trop chargé en chaux, pas assez en charge inertes. Adjuvantation (a sec c'est obligatoire) mal maitrisée et/ou support inadapté. Classiquement on applique autant de couche que de facteur de dilution. Une pate diluée une fois c'est un badigeon en une couche.
Sur support rigide la caseine (+ assouplisant genre huile de lin ou glycérine) donne de bons résultats. Et avec le methylcellulose (dont l'effet rétenteur d'eau me laisse perplexe) on évite de retouiller toutes les deux minutes, ca s'étale mieux, ça coule moins etc.
Oui le chaulage à la queue de vache c'est facile, la peinture nettement moins ;-)
« Modifié: 18 avril 2019 à 21:39:45 par Arpèges »

Arpèges

  • Invité
Re : Peinture à l'argile
« Réponse #23 le: 18 octobre 2019 à 21:55:30 »
Essais interminables, on jette tout et on recommence.
J'ai laissé passer six mois car j'ai négocié un délai avec l'urgence, genre ; plus tard.
Et c'est pas dommage.

Après six mois au soleil (et à la pluie) j'ai un retour sur la tenue des échantillons.



La photo est prise au smartphone (de daube) et les couleurs peu représentatives.
Sauf que c'est assez clair de visu quand je le vois moi avec mes yeux. (...)
Les N°5, 8 et 9 ont mieux tenus que tous les autres. Merci l'huile de lin...
Tous le monde le savait mais ça valait la peine de vérifier. C'est même une piste à explorer pour garder les teintes des peintures dites Suédoises (ou à l'ocre), une recouche chaque année d'huile de lin (siccativée) et on gagne quelques années.

Complètement délavé la n°1. Très (trop) chargée en Méthyl Cellulose. Aussi délavée la n°4 qui sauf du Talc n'a rien de spécial, donc le talc ne sert pas à gd chose (et plus cher que l'argile).
Les 6 et 7 toujours plus claires (c'était pas un effet de lumière) adjuvantées en Hydro SK (sikalatex hydrofuge) n'apportent rien (ouf!!)
La 0 et la 3 ont mieux tenus. La 0 chargée en Acrylique (Bindex) et la 3 simplement plus concentrée en argiles. La concentration est alors un paramètre à retenir, l'acrylique moins voir plus bas.

La tenue en pot :



Et là ... A part 3,5,8 et 9 des colorations noires sont apparues. De type "réaction chimique" dans les cas 6 et 7 (sikalatex) et/ou moisissures dans les autres cas.
Je pourrais penser que le siccatif de l'huile de lin (un mélange de métaux lourds) a joué, sauf que le 3 n'en contient pas.
Il y avait pourtant un produit clairement sensible, le méthyl-cellulose (la colle à papier peint ne se garde pas en solution), mais bon ?
Autre 'surprise' le 0. Pas de méthyl-c mais de l'acrylique et des colorations pourtant.

En résumé les bonnes pistes :
- Concentration d'argiles + elevée.
- Combiné PVA/Methyl-C pour la rhéologie (la colle de peau! essais présentés)
- Huile de lin pour la tenue (avec le souci de la modification de couleur et effet sur la rhéologie)
- Dispersants Hexametaphosphate/savon noir (modifs voir plus bas)

Pourquoi s'acharner ? Jetez un coup d'oeil aux tarifs des peintures à l'argile du commerce...
« Modifié: 02 janvier 2020 à 23:29:04 par Arpèges »

ManuTaden

  • Membre Senior
  • Messages: 418
    • Voir le profil
    • E-mail
Re : Peinture à l'argile
« Réponse #24 le: 04 novembre 2019 à 20:14:05 »
Bonjour
J'ai vendu des peintures "naturelles" : Auro, Natura, mais aussi Terrafino, Clayfix et Kreidezeit.
J'ai participé et organisé des formations "peintures naturelles" soit avec l'aide des fabricants, soit avec des artisans.
Malgré de très nombreux essais, aucun artisan n'avait réussi a approcher le rendu d'une peinture tierrafino, ou la solidité d'une Clayfix en poudre, mais surtout très mate (79€ en 2010, pour 10 kg et 100/120 m2).

Mais avec quelques professionnels nous avions obtenu des résultats assez sympa en se basant sur la recette de la peinture à l'ocre diffusée par l'association Terre et Couleurs. J'avais, en particulier, réalisé un essai avec de l'argile "rouge de Royans" issue d'un sac d'enduit mural tamisé.

Le primaire à la caséine Kreidezeit était aussi un produit intéressant une fois mélangé avec des pigments (en faible dose) ou de l'argile pure (provenance carrières du boulonnais, ou toujours rouge de royans d'akterre.

De mémoire, le métyl cellulose ne permettait pas une densité aussi importante et n'offrait pas, une fois sec, la possibilité d'une seconde couche.
Je pense que nous avions fait des essais de 2 couches caséine + 1 métyl, mais on perdait un peu du mat profond obtenu par les deux premières couches.
Par contre il permettait des effets de teintes sur du bois, avec un peu de possibilité de lavage une fois sec.

Donc mes meilleurs essais : peinture à l'ocre en remplaçant l'ocre par de l'argile finement tamisée.

Cdlt



Arpèges

  • Invité
Re : Peinture à l'argile
« Réponse #25 le: 02 janvier 2020 à 23:23:41 »
Bon c'est plié, ce sera à la colle de peau.
Je n'ai pas été chercher loin, Persée et G.Books fourmillent de recettes en tout genre, plus ou moins compliquées mais presque toujours à la colle. Les badigeons de chaux avec ou sans caséine (plutot au fromage maigre qu'au lait) sont bien représentés, trouvé une mention anecdotique d'une peinture à la pomme de terre, parfois des recettes que l'auteur n'a clairement jamais utilisées lui-même ; qd il s'agit d'un badigeon possiblement utilisé en 1845 sur une aile de la maison blanche (Ouachingtone) qui "aurait" fort bien tenu sans autre précision on peut avoir des doutes. Parfois c'est l'inverse, le badigeon "Bachelier" (recette originelle disparue avec son auteur) est cité très souvent. Avec divers essais de reconstitution, des détails sur sa fabrication, mise en oeuvre etc. (il contenait 15% de carbonate de plomb, on ne le refera pas).
Mais dans l'ensemble pas une trace de peinture dite "à l'ocre" (ou très peu?) et encore moins à l'argile.
Par contre la détrempe c'est à la colle.
Et ça marche très bien.
Et c'est assez drole, ca se fait peinture "tiède".
Alors bien sur elle a de gros inconvénients ; Parfois une seule couche suffit, elle ne goutte pas, elle tire bien, elle couvre, elle n'enleve pas la peinture déjà posée, elle seche vite, elle est mate, unie, lavable légèrement, les reprises sont faciles et le pire elle ne coute  presque rien. A la louche 0,15 à 0,30 €/m2 (pigments compris, représentant la moitié du cout). Sans pigments c'est plutot 0,1 €/m2.
Elle devrait se poser sur un peu tous les supports classiques dont la très célèbre plaque de platre (qui est en fait en carton) et même tenir sur des supports compliqués du genre peinture lisse glycéro pour peu qu'on l'ait "matée" (poncée avec divers abrasifs). On peut préparer les fonds au gesso, un blanc ou un platre ou les deux à la colle (le platre c'est mission impossible en fait) avec ou sans argile, poncer le résultat et finir à l'argile.
La protection c'est moins finalisé. L'huile de lin dans la dernière couche ou tant pis une dilution d'acrylique.
En résumé, c'est une peinture à 35-50 gr/l de colle, 600 à 800 gr/l d'argile et 0 à 250 gr/l de pigments (en fonction de). On peut la "charger" (mais ce sera une substituion) avec du blanc (de ...), de la poudre de marbre, du platre, du talc, de la poudre de verre, de la silice, du mica etc. Notez que les blancs, le marbre et le platre sont des sels de calcium et que celui ci interagit très défavorablement sur les argiles (la peinture devient un peu merdique soudain). Elle s'utilise tiède (30-40°). Elle ne se garde pas eternellement, il faut garder sa base colorée et ajputer la colle à l'utilisation. L'argile c'est celle décrite ailleurs.
La peinture elle même se travaille, on peut regler finement sa rhéologie à l'aide de silicate/carbonate de soude (à developper).

Arpèges

  • Invité
Re : Peinture à l'argile
« Réponse #26 le: 02 janvier 2020 à 23:25:24 »
[suite <3000]

De tous les bidules trucs essayés avant, seule l'huile de lin et l'acrylique sont conservés.
Et l'huile de lin pas n'importe comment, elle donne du "corps" et du "mordant" a la peinture. Bon en fait elle modifie lourdement sa rhéologie et pas dans le bon sens. Ce sera dans la dernière couche seulement (avec du savon noir, ajoutée chaude).
On attend d'elle qu'elle réticule et durcisse alors un agent siccatif est bienvenu (elle s'éclaircit au soleil, attention aux murs exposés).
 Pour l'acrylique pareil mais pas pour la même raison : Peut-etre dans la dernière couche.
J'oublie définitivement (avec raisons), la résine PVA, les latex, la colle papier peint (c'est de l'amidon), le lait, la caséine, les méthyl-cellulose, l'alun, les farines, les jaunes d'oeufs, les crepes et le raton laveur etc.

Oui j'ai des photos, des détails, des manips, des trucs, des machins mais pas ce soir, j'ai piscine. ;-)

(ce que j'aurais au moins gagné dans la bataille c'est une meilleure compréhensitude de l'adjuvantation ajoutée en plus dans les laits de chaux calcique d'hydroxide de calcium.
L'huile de lin, ajoutée à l'extinction elle saponifie...
La colophane, j'ai enfin trouvé une trace et une raison.
L'alun a un effet foisonnant sur les ac. carboxylique de la saponification de l'huile de lin peut se remplacer par de l'argile à l'extinction. Semble favoriser la solubilisation de la portlandite et dans les peintures grillées permettre une re-carbonatation.
La caséine était utilisée à des taux bien plus élévés que préconisés maintenant.
Le savon noir et l'huile de lin c'est redondant.
etc.)
« Modifié: 02 janvier 2020 à 23:46:13 par Arpèges »

rony80

  • Membre Senior
  • Messages: 396
    • Voir le profil
    • E-mail
Re : Peinture à l'argile
« Réponse #27 le: 02 janvier 2020 à 23:34:54 »
Bonsoir,

il y a un stage Tiez-Breiz  peinture naturelle le 3 et 4 juiellet cette année on peut demander comment faire une peinture à la colle de peau.

Arpèges

  • Invité
Re : Peinture à l'argile
« Réponse #28 le: 02 janvier 2020 à 23:48:24 »
Ouvrez n'importe quel "manuel du peinstre en batimens" du XIX siècle. Ou le Rustica de 1777 c'est dedans.
;-)

ManuTaden

  • Membre Senior
  • Messages: 418
    • Voir le profil
    • E-mail
Re : Peinture à l'argile
« Réponse #29 le: 01 mars 2020 à 21:54:55 »
Juste une recette utilisée par un artisan peintre.
Il utilisait majoritairement des peintures et enduits du commerce (auro, tierrafino, claytec..) mais il lui arrivait aussi de fabriquer ses peintures.
Et je me souviens qu'il avait acheté de l'enduit argile rouge (Rouge du Royans) afin de réaliser un "badigeon" pour un plafond en bois : colle à papier peint + argile diluée.
sur photo le rendu était intéressant.

Cdlt