Voir les contributions

Cette section vous permet de consulter les contributions (messages, sujets et fichiers joints) d'un utilisateur. Vous ne pourrez voir que les contributions des zones auxquelles vous avez accès.


Messages - Arpèges

Pages: [1] 2 3 ... 56
1
Bonsoir,
15-20 % d'argiles c'est un repère rien de plus.
Il est impossible de faire la distinction entre argiles et limons-fins. Et plus la proportion des deux augmente (sans savoir laquelle) plus le reste est pris dans la boue que l'on réalise pour faire le test.
Donc il faut faire les essais de patons en variant les proportions de terre/sable, voir ce qui tient, ce qui craquelle, se fendille, se délite etc. Le coup de bol ca existe mais...

La chaux ne remplace pas l'argile. Elle apporte un peu de dureté à l'enduit. Et point trop n'en faut (max 10 % en poids à la louche ?) . Trop de chaux c'est un enduit qui n'a aucune des qualités des deux. Manque de cohérence du à l'argile, manque de souplesse du à la chaux.
Mais sous forme de chaux vive (8€/25 kg de type sanitaire en coopérative) elle assainira* le mélange.
Car 40-50 mm ça va mettre un sacré bout de temps à sécher! (je vous déconseille d'ailleurs d'en coller autant en une seule passe) et le risque de culture de champignons est élevé.

Matt avait trouvé un très bon bouquin sur le sujet.
Cordialitures

*ou alors un peu d'eau de javel ??

2
Cordialement,
Le sable sert a réduire le retrait d'une terre trop argileuse, vous devez donc faire vos "essais pâtons".
La paille c'est pas moins simple mais. Les quantités, le hachage, les qualités sont des sujets a creuser (rassembler des informations), elle sert comme fibre (il doit y avoir un maximum a ne pas dépasser)
Dans certains enduits il y a de la chaux dans d'autres pas.
Au moins ajoutée sous forme de chaux vive elle doit assainir le mélange pendant le long séchage.
Bonjour.

PS : pas facile d'intervenir avec un smartphone,
surtout en conduisant.
la nuit ;-)))

3
Réhabilitation / Re : Réhabilitation dans l'Anjou
« le: 19 mars 2019 à 01:05:42 »
Citer
cette technique car il est beaucoup plus simple de tirer une dalle à la règle quand elle est plutôt liquide ! 
C'est le souci, jamais résolu.
Un bon béton se pose très sec et se damme.
Sauf que même avec une plaque vibrante on ne peut tasser plus de 5 cm. Et alors entre deux couches ? Et bien il y a une zone de fragilité.
Pire il faut évaluer la quantité a placer qui une fois tassée sera a niveau. Trop peu c'est raté (on ne peut ajouter un ou deux centimètres) trop c'est pareil (une fois dammé  le béton est très difficile a gratter). Puis on fait des vagues, des bosses, des trous etc.
Donc on fait liquide.

4
Réhabilitation / Re : Nettoyage de pierres intérieures
« le: 19 mars 2019 à 00:55:34 »
Bonsoir, vous pouvez toujours "essayer" un nettoyage a l'acide chlorhydrique 5% sur de petites surfaces pour "voir".
Mais comme le sablage blanchi les pierres, si elles ne sont pas calcaires il y a peu de chance que cela change grand chose.

5
Réhabilitation / Re : Details sur les herisson / dalles de chaux
« le: 11 mars 2019 à 14:31:59 »
Bonjour,
Je peux vous apporter un retour éclairé (...) sur un point.
La dalle. J'ai réalisé une dalle pouzzolane/liège vrac/chaux de 12 cm. de type 'béton caverneux".
C'est parfaitement solide. C'est isolant (verifié) mais certainement moins qu'un vrai isolant sol.
J'ai choisi cette option car moi j'ai la certitude qu'a l'occasion mon sol serait humide (même sur le hérisson).
Parmi mes facteurs de choix : Opté pour un chauffage au poêle a bois (ici le bois est bon marché), c'est une résidence secondaire, décidé de réduire les coûts.
Donc pour le liège vrac techniquement c'est possible (et facile en plus) maintenant son pouvoir isolant est sans doute mauvais. Prix indicatif m3 de cette dalle : 150€ (promo sur le liège en vrac l'année passée...)
Cordialement.

6
Et enfin, dernière question, est-ce que je suis complètement à côté de la plaque avec cette idée ?
A coté de la plaque d'osb ? ;-)
Faites simple, c'est un atelier pas une maison.
Coller un hérisson et une dalle béton de ciment ménageant un espace le long des murs, exemple 20 cm., me paraitrait simple.
La terre battue est idéale lorsqu'elle reste un peu humide tout le temps or ce n'est pas vraiment votre objectif.
Une ou dix tonnes/m2 de sol c'est une charge négligeable. Vous allez appliquer infiniment plus en déplaçant vos outils, au moment de les soulever/poser ce sera une tonne/cm2 et là pour l'osb ça va être compliqué non ?
Cordialement.

7
Oui mais non ;-)
- Je n'approfondirais pas mes essais/recherches/fouillages sur la peinture lait-argile. Elle a des qualités c'est évident, des défauts c'est clair aussi ; c'est du lait -> pas de conservation et contrairement à la chaux l'argile ne le protège pas. La structure de la caséine en milieu basique est connue mais que se passe t'il si se développent des moisissures ?
-Je ne vais pas trop chercher du coté du mélange farine-argile non plus. Pour la raison de la conservation de la peinture aussi et surtout parce que sa proximité avec la peinture Suédoise m'a fait toucher du doigt qu'il y a deux paramètres (trop) peu détaillés. La cuisson doit être longue (pourquoi ? comment ? température ? concentration ?) et les ocres ajoutés sont en fait de l'argile (colorée aux oxydes de métaux) mais dans les recettes originelles (terre de Falun) c'est quand même un concentré de fer et de cuivre. Alors est-ce pour cela qu'elle tient si bien en rouge et se délite assez rapidement avec les "ocres" et pigments trop souvent cités en remplacement ?
- Je vais alors continuer sur deux pistes.
. La colle blanche (vinylique, à papier ou à bois c'est la même) qui émulsionne parfaitement l'argile (à des taux ridicules) la rendant facile à poser et l'ajout d'un stabilisateur pour protéger l'ensemble. Au choix le latex (genre Sikatruc) ou plus simplement la methyl-cellulose (colle papier peint).
. la colle de peau pour le coté 100% naturel.
Et il restera l'adjonction d'huile de lin qui donne aux deux pistes précédente une tenue bien meilleure. Sauf qu'elle n'est pas compatible avec toutes les couleurs (elle fonce les claires, éclaircit les noires, tonifie les rouges) et que c'est un produit complexe sur lequel je me perds en conjectures en relisant les archives de Dotapea (heureux qui comme Ulysse découvrit Dotapea ;-)

Et pour les peintures industrielles (je n'ai rien contre l'industrie, c'est moins drôle  quand on ferme l'usine) ce sera non. Le pot de badigeon argilux à 65€/15m² c'est du lux comme précisé dans le titre. Et pas le lux de la lumière.

Ps : mon cher berlo votre recette bleu acier (???) is on internet : https://patinedautrefois.fr/blog/produit/peinture-a-l-ocre/ ;-))))

8
Réhabilitation / Re : Le meilleur des deux mondes
« le: 15 février 2019 à 23:45:16 »
Je suis d'accord, bien-sûr.
Mais comment calcule t'on  tout cela ?
Le poêle de masse disons une tonne ? Le plancher combien ? Dans une pièce quels battements de températures attendons t'on ? Genre la nuit ? Vu son inertie (la masse a chauffer) le plancher ne va pas changer de température si facilement. Sommes nous programmés pour vivre à température constante ?
A mon humble avis... j'en ai pas. D'avis. ;-)

9
Réhabilitation / Re : Re : Problème huile sur tomettes
« le: 15 février 2019 à 23:16:51 »
Bonjour,

lors d'un stage qui n'avait rien à voir avec le sujet, le professeur disait qu'il n'avait pas traité les tommettes et les nettoyait qu'a l'eau claire sauf 2 fois par an avec du savon noir.
Résultat les 10 premières années le sol paraissait sale mais au fil du temps ça faisait une belle patine.
Bon alors je peux faire professeur en stage de rien a voir avec le sujet aussi ? ;-)

10
Réhabilitation / Re : Réhabilitation maisonnette Landerneau
« le: 15 février 2019 à 23:13:47 »
Bonsoir,
En fait sur une tranchée drainante, le long du mur (vous n'aviez pas la place pour faire autrement) il faut oui peut être coller une delta-ms (membrane alvéolaire) mais aussi rejointoyer le mur  a la chaux (surface d'évaporation) et remplir la tranchée avec du granulat.
Au dessus rien ne pousse , c'est normal ça doit rester sec.
Autre achoppement, avec la tranchée on avait dit cunette et fentes du drain vers le bas ou drain routier.
Cordialement et courage ;-)

11
Retour d'expérience de réhabilitation... / Re : Peinture à l'argile
« le: 09 février 2019 à 21:20:35 »
(suite et fin)

Les traitements de protection ? Pas d'idées... L'huile de lin par dessus fonce les couleurs très nettement (et rend transparente certaines d'entre elles. La cire de Carnauba (carnaubex) est variable. Et souci en cas de projections de colorants liposolubles (fréquents en salles de bains) la protection va se 'tacher" irrémédiablement.
Le passage de savon noir ? Comme pour le tadelakt. Essayé mais je ne maitrise pas les résultats (y a tout et surtout n'importe quoi).
Les trucs que j'essayerai : la dilution à la biere et le lavis à la biere sur la peinture à l'argile pour densifier la couleur.
Voilà pour l'instant. Notez (notez bien!!) que ceci n'a pas encore été pratiqué sur de très grandes surfaces ni soumis à des tests de longues durées.

[Edit ; je viens d'essayer la recette au lait, lue sur EspritCabane, et le résultat est étonnant.
Mélangé 750 gr d'argile à 500 ml d'eau pour obtenir ma bouillie puis battu le tout avec 750 ml de lait demi-ecrémé ajouté progressivement qui fait monter le mélange et donne une peinture de type pâte nappante très épaisse. Aussi facile à appliquer qu'avec les recettes précedentes mais que je ne peux pas comparer car c'est une argile de couleur différente]

Ps: si j'ai laissé autant de faute d'orthographe c'est pour affûter votre sens de l'observation, ahem.

12
Retour d'expérience de réhabilitation... / Re : Peinture à l'argile
« le: 09 février 2019 à 21:17:50 »
Ma préférence va à la colle de peau, malgré ses inconvénients. Elle n'est pas si simple à préparer, la viscosité du mélange dépend de la température, la durée de conservation n'est pas eternelle et elle seche moins vite (un peu) que le mélange à la colle vynilique.
Le seul défaut de la colle vynilque c'est sa réaction avec le métal (du pinceau par exemple).
Autre avantage (supposé) de la colle de peau c'est au mouillage du support. C'est pas prévu la peinture n'est pas lessivable mais sait'on jamais.
Le mélange au vynile se solubilise et coule, sur du blanc c'est sans importance, sur des teintes plus foncées ca fait des traces. La colle de peau y est moins sensible.
Pour la dilution/ajout des pigments pas de problème particulier. Separer une partie de la peinture, mixer vos pigments puis ajouter au reste et mélangez.
Un peu de savon noir et/ou d'alun peut grandement faciliter la chose.
Tous les pigments/naturels/synthétiques/oxydes/colorants sont miscibles apparement. Tous ne tiendront pas à la lumière eternelement.

J'ai essayé l'ajout d'huile de lin. Jusqu'a 5% elle facilite un peu l'etalement de la peinture sans modifier la couleur mais ca seche bcp moins vite au dela c'est contrasté. Elle fonce certaines couleurs, ca peut etre recherché, elle rend la peinture moins couvrante, pour les effets aquarellés ca peut etre aussi recherché. En bref il faut savoir pourquoi on l'utilise. Si on augmente les quantités il faut la tiedir pour la mélanger. Il n'y a pas de limite à ses proportions. De simple adjuvant à moins de 5% à corps de peinture dès 50% (je n'y connais pas grand chose en huile de lin d'ailleurs).

Le rendement : gros seau mot d'eau : 8m2/litre (donc kilo) soit avec de l'autodurcissante de 0,5 à 0,25€/m2 et beaucoup, beaucoup moins avec l'argile standard (0,1 ...)
Non inclu le prix des pigments. Le cout des colles est négligeable.
Et pourquoi pas ajouter une charge ? comme du blanc de meudon ou de la poudre de marbre. Car ca fait des patons et qu'il faut passer par la case "colle de farine" et rebelotte c'est moins solide. De plus ca ne réduit pas le prix (le blanc de meudon peut etre très cher, pour ce que c'est).
Pas de chaux non plus sauf à vouloir un mélange plus blanc oui mais! la chaux filtrée en pate pour peinture coute un bras.

13
Retour d'expérience de réhabilitation... / Re : Peinture à l'argile
« le: 09 février 2019 à 21:16:41 »
Bonsoir,
Après avoir essayé les recettes à base de colles de farine cuite (et autres ingredients dont l'apport est parfois mal compris) glanées sur le net le constat est que ça fonctionne en terme de peinture mais que le résultat est loin d'être celui esperé.
La peinture est suffisament épaisse pour réaliser des effets de matières, genre peinture cordée mais une fois sec un bon coup de main et ca se décolle.
Alors j'ai arreté de trier/tamiser/filtrer mes argiles et j'en ai acheté des pains tout prêt (pour le modelage recréatif) in the commerce.
Deux fabricants souvent trouvés ; Solargil et Céradel (sous plusieures marques, conditionnement et prix différents) , deux qualités trouvées auto-durcissante et standard, quatre couleurs (blanc cassé, beiges variables, rouge et noire) et des conditionnement de 1 à 10 kg.
Seule difficulté relative la mise en solution.
Découper votre pain en petit cubes (couteau suffit) de 2 sur 2, remplissez un récipient en tassant un peu les cubes et ajoutez de l'eau à niveau. Laissez reposer un à plusieurs jours puis touillez.
Il faut partir d'une pate épaisse et diluer très progressivement pour obtenir un litre par kilo. Si vous mettez trop d'eau dès le départ la mise en solution de l'argile est compliqué voire impossible.
Vous verrez vite que 1 l. par kilo est la bonne mesure car au bout de quelques jours l'argile décante à peine.
Vous pouvez battre au mixer (de cuisine) ou au malaxeur pour affiner le mélange et tamiser pour éviter les morceaux.
Le tamisage n'est pas simple lui et on colle de l'argile un peu partout. Sur certains supports ca s'enlevera très difficilement.
Pour épaissir et fixer mieux l'argile (qui tient dejà à ce stade très bien toute seule) deux possibilités explorées.
La colle de peau et la colle vinylique blanche (celui qui devient transparente au sechage peut-etre que les colles acryliques convienent aussi ?).
La colle de peau à environ 5 gr/l. La colle blanche à environ 25 ml/litre. Vous pouvez diluer si c'est trop épais ou faire une première couche d'impression. Le résulat est net, mat et solide. Facile à appliquer au spalter et la peinture est tirable. Il faut tout de même humidifier le support si il est très absobant. Ca ne tient pas sur surfaces lisses ou peintes. Mais sur la chaux, le chaux/chanvre, la terre bien entendu et le bois (presque) c'est farpait.

(suite next message)

14
bonjour,
si je résume: l'ITE  est le plus efficace mais pas forcement conseillé sur ce site, afin de conserver le "cachet" de la bâtisse.

Soir', l'esprit de ce site (interpouetpouet) tient sur une fine ligne ; préservation du bâti ancien.
A ce titre vous pouvez isoler vos murs par l’extérieur avec de la paille sur n'importe quelle épaisseur.
De toute façon elle pourra s'enlever.
L'idée est de ne pas détruire les structures bâties, les formes, les agencements.
La couleur et les finitions c'est juste une affaire de goût.
Just' ne pas fabriquer une maison standard made in n'importe où.
Cordialement.

15
Réhabilitation / Re : Re : Maison d'une vie
« le: 08 février 2019 à 23:47:37 »
Mick,  si c'est le chiffre brut de 70% d'humidité qui vous inquiète, il est à relativiser.  Dans une maison à 900m, non chauffée, il devait faire dans les 5°C au moment de la mesure, non ?   Et 70% d'humidité à 5°C, ça fait très peu d'humidité réelle.

Bonsoir,
Vous avez tout à fait raison (Oroko). j'habite en plaine alluviale (Haute Garonne) et à 5°C (en février) l'HR fleurte avec les 100% (le métal rouille, les papiers gondolent) dans mon atelier non chauffé.
Ceci n’empêche pas d'étudier (Mick) avec beaucoup d'attention les mesures à prendre pour garder vos murs au sec. Vous pourriez peut-être nous en dire plus ?
Cordialement.

Pages: [1] 2 3 ... 56