Voir les contributions

Cette section vous permet de consulter les contributions (messages, sujets et fichiers joints) d'un utilisateur. Vous ne pourrez voir que les contributions des zones auxquelles vous avez accès.


Sujets - Mélusine

Pages: [1]
1
Réhabilitation / Ventilation et poêle à bois. VMI ?
« le: 01 mai 2011 à 11:26:17 »
Bonjour,

L'installateur de notre poêle STUV 30 réclame une entrée d'air extérieur de 100cm. Au début, j'ai trouvé que c'était une hérésie. Depuis, je me suis un peu renseignée. L'entrée d'air évite de mettre la maison en dépression et donc que l'air froid entre par les défauts d'étanchéité (fissures, joints entre maçonnerie et poutres, ect...)
Sur le principe, très bien.
Je me suis également renseignée sur les différents modes de ventilations, de la ventilation naturelle à la double flux (supertechnologicocoûteuse!). Il semblerait que la ventilation par insufflation (l'inverse d'une VMC donc) soit un bon moyen d'optimiser le tirage des appareils à combustion, de ventiler l'habitation et d'évacuer l'air via les bouches prévues pour l'arrivée d'air d'une VMC (grilles sur les fenêtres par exemple).

Donc au lieu de se contenter de la bouche d'air extérieure pour le poêle, j'envisage de mettre une insufflation d'air. Autoconstruite, au vu des tarifs (3000 à 5000€ pour un ventilateur et une résistance électrique). Le but est d'optimiser la dépense énergétique.

Petites questions :
Que pensez-vous de cette idée ?
Quelqu'un a un système similaire ?
Comment limiter l'entrée d'air froid ? (sans mettre une résistance électrique)

Je crois que l'idéal serait de profiter de l'arrivée d'air d'un puits canadien ou d'une serre bioclimatique mais nous n'en avons pas encore.
On dispose d'une grange, non chauffée et non isolée, mitoyenne au salon et de combles exposés plein sud à l'étage, là encore rampants non isolés. L'isolation est faite entre le mur du salon et la grange ainsi que les sols du grenier.

Serait-il possible de récupérer l'air dans le grenier ? Est ce que cela créerait un contre tirage ? On dispose d'une ancienne lucarne condamnée, il serait peut-être possible de la transformer en capteur à air.

Merci d'avance pour vos avis et conseils sur cette "drôle" d'idée.

2
Réhabilitation / Pose de nouvelles menuiseries bois, comment faire ?
« le: 17 janvier 2011 à 22:25:29 »
Bonsoir,
Nous allons changer les anciennes menuiseries (1980) de notre maison, vu leur état c'est une dépose totale. Nous avons trouvé un menuisier local qui va s'en occuper.
Cependant, il nous dit qu'avant de pouvoir faire la pose, il faut réaliser un rejingot.
L'appui de fenêtre est bétonné et plan.

Nous avons étudié les différents systèmes de pose et vu que le précédent propriétaire avait posé ses fenêtre en applique avant de doubler les murs, nous voulons reculer un peu le vitrage; Une pose en tunnel s'impose donc.

D'où notre question :
Un rejingot est il utile lors d'une pose en tunnel ?
Si oui, comment le réaliser ?

Nous avons fait quelques recherches mais les réponses sont toutes différentes.
"Oui c'est indispensable", "non, il suffit de mettre une bande résiliente entre le chassis et l'appui de fenêtre"...

Et vous qu'en pensez-vous ? Quelqu'un a déjà changé ses fenêtres ?

3
Bonsoir,

J'ai relu attentivement les fiches conseils et les autres sujets sur les dalles chaux mais je ne parviens pas à trouver de réponses à nos questions.

Nous avons cassé les dalles béton, on se prépare à couler la dalle isolante.

Nous prévoyons :
- dalle isolante chaux - pouzzolane ou billes d'argile (nous n'avons pas encore acheté le matériel)
- liège 5 cm d'épaisseur
- pose des tuyaux du plancher chauffant
- chape d'enrobage de 6 cm et pose à l'avancée des tomettes (épaisseur 2.5).
 
- Pensez-vous que nous devrions modifier la conception générale ?
- Où passer les gaines ?
 
On pensait les mettre sous la dalle mais :
  - Ne va t'on pas perdre la chaleur transportée en mettant les tuyaux d'alimentation en eau chaude directement dans la terre (la maison est très longue 22 m) ?
  - Peut-on les mettre directement dans le sol ou doit -on faire une tranchée technique ?
  - Doit-on isoler les tranchées pour l'eau chaude ?
  - Est il possible de mettre plusieurs types de gaines dans une même tranchée ?
  - Est il préférable de mettre les alimentation en eau chaude sur la dalle isolante recouverte de liège, au même niveau que les tuyaux du plancher chauffant (diamètre 16 aussi) ?
  - Quel type de cavaliers utiliser ?

A ceux qui ont réussi leur plancher chauffant, avez-vous trouvé des plombiers ou amateurs prêts à vous aider ? Les plombiers que nous avons interrogé semblent bugger à chaque fois que nous parlons de béton de chaux, ils redemandent indéfiniment où va t'on mettre le polyane, qu'il sera possible d'attacher les tuyaux au treillis ...
3 sont venus et repartis avec l'air surpris, depuis nous n'avons reçu aucun devis.
Merci pour vos réponses.

4
Bonjour,

On rénove une ancienne longère dont on souhaite aménager les combles, non isolés pour l'instant. La couverture actuelle n'est pas en trop mauvais état (partie ardoises 15/32) mais n'a pas de parepluie et une autre partie est en fibro-ciment amianté. On voudrait refaire la couverture pour en profiter pour poser de la laine de bois haute densité, parepluie intégré sur les chevrons, vers l'extérieur vient ensuite un contre lattage qui permet la lame d'air et les ardoises. On compléterait ensuite par l'intérieur avec de la laine de bois semi-souple pour obtenir un R global de 5. On ferait une finition en OSB (sans COV) ou voliges (on doit voir avec la scierie).

D'après un premier couvreur ce type d'isolation est difficile à réaliser dans une maison ancienne car la hauteur de rive serait trop augmentée. D'après lui d'environ 30 cm, ce qui nous parait énorme. Et il nous dit qu'il faudrait ajouter au budget, la reprise de maçonnerie et l'isolation intérieure et la finition. Du coup, le prix total serait d'environ 38 000 € d'après les divers devis qu'on a. Il nous propose en alternative des panneaux sandwiches polyuréthane (face intérieure finition lambris posée sur les chevrons, isolation polyuréthane, parepluie intégré). Bien sur dans ce cas, aucune respirabilité ! Mais pour lui avec cette épaisseur plus faible la hauteur de rive ne sera plus un problème.

Vos avis nous intéressent !

Est ce que quelqu'un a essayé l'isolation avec ces panneaux (Pavatherm plus de Pavatex) ?
Quelle a été la hauteur de rive ?
Quelle solution a été mise en place ?
Qui saurait comment calculer exactement l'épaisseur  à l'aplomb du mur avec cette isolation ?


5
Réhabilitation / Dalle chaux isolante et revêtements de sol
« le: 13 novembre 2010 à 11:42:26 »
Bonjour,
Nous revoilà avec des nouvelles de notre vieille beauceronne. D'abord, nous avons débuté un blog avec des photos, on essaiera de le tenir à jour :
http://valdormant.over-blog.com/

Depuis la dernière fois, nous avons commencé les travaux à notre portée et décidé des plans d'aménagement. C'est long et complexe parce qu'on essaie d'anticiper, les pièces agréables à vivre, la circulation, les séparations des espaces travail- vie-passage-utilitaire... On est également pressés par le temps, on doit emménager en avril au delà les finances ne suivront plus. Et il faut que ce soit vivable avec un bébé de 9 mois qui crapahute partout.

Nous avons évacué 3 tonnes de gravats, un bon début mais il en reste. Le précédent propriétaire a doublé les murs pour les remettre d'aplomb et faire des pièces à angles droits ! A certains endroits on récupère 25 cm de profondeur. La maison

6
Bonjour,
J'ai déjà posé certaines questions au sujet de notre maison, aujourd'hui nous avons fait quelques découvertes que je voulais vous montrer et avoir vos avis; C'est pour cela que j'ouvre un nouveau fil, j'espère bien faire.

Nous avons commencé le retrait de la vigne vierge qui couvre toute la façade sud. Côté nord c'est du lierre autrement plus coriace. La vigne part assez facilement et révèle ... une façade pas droite (tant mieux), une ou deux fissures (de l'enduit uniquement j'espère). En dehors de l'enduit ciment qu'on voyait déjà, pas trop de mauvaises surprises.










Bizarrement l'enduit croûte en 2 phases, une fine pellicule grisâtre en dessous de laquelle on retrouve l'enduit tout blanc.


A l'intérieur de la maison, nous avons retiré les tapisseries moisies. En dessous, sans surprise le plâtre est totalement humide. Du coup, on a sondé sous l'appui de la fenêtre. Sous le plâtre on trouve un "ciment", il est humide en surface mais sec en profondeur. Il s'effrite assez facilement. Là, j'aimerai bien vos avis expérimentés par ce que je sèche sur le type de ciment. Il a une couleur plutôt rose.

Quelques photos :


Plan général


Le soubassement :" ciment" et en dessous silex et bauge, qu'en pensez vous ?


A l'angle gauche, une poutre en mauvais état, la pauvre n'aime pas du tout l'humidité dans laquelle elle était prisonnière mais semble encore solide, je n'arrive pas à enfoncer le couteau facilement. Le mur de gauche est en brique recouvertes de ce "ciment".


Enfin, le détail du fameux "ciment".

En fait, lorsque nous connaîtrons précisément la nature de ce matériau nous pourrons décider la technique à appliquer : le supprimer, le conserver. Est il possible que ce soit un béton de chaux ?

Merci.

7
Bonsoir,

Comme beaucoup ici, nous débutons nos travaux et comparons les devis. Une foule de questions se dessine et heureusement le forum permet de répondre à un grand nombre. Merci beaucoup, à tous ceux qui partagent leurs expérience et donnent des conseils permettant d'éviter les petites et groooossses bêtises !

Nous envisageons de changer les fenêtres actuelles (bois, simple vitrage, dormants abîmés par l'humidités, fenêtres avec impostes car dimensions peu courantes ex: 162x131).


Quel matériaux recommandez vous ? on aime autant éviter le PVC, donc plutôt bois ?

Que pensez vous de l'aluminium ? ou encore des fenêtres bois intérieur.alu extérieur ?

Doit-on choisir une fenêtre "avec" ou "sans rupture de pont thermique" ?

Doit-on prendre les grilles d'aération ?

Doit-on prendre un modèle avec petit bois ?



Notre maison est une ancienne longère 1777 en bauge avec des grilles d'aération en façade, on envisage la pose d'une vmc hydroréglable dans les pièces humides et un poële à granulés canalisable comme chauffage principal, des radiateurs électriques à inertie en complément.

Si vous avez un retour d'expérience avec l'un ou l'autre de ces fenêtres, on aimerait vraiment connaître votre opinion.
Merci et bonne soirée.

8
Réhabilitation / Baculat (bois et bauge) - Quel enduit ?
« le: 06 octobre 2010 à 19:52:14 »
Bonjour,
toujours dans nos questions de rénovations, nous avons eu la mauvaise surprise de voir tomber un morceau de notre plafond :/
Un ami à tapoté du doigt entre 2 poutres et patatras l'enduit est tombé. En sondant les autres espaces entre poutres, on voit très bien que l'enduit plâtre qui recouvre le baculat est complètement mort.
Donc, commencer par piqueter les poutres (enduit épais), les sabler, faire sauter l'enduit qui couvre le baculat.
Quelqu'un a déjà mené cette opération à bien ? Verriez vous un autre ordre ?

J'ai peur que le sablage abîme beaucoup le baculat s'il est à nu à ce moment.
J'essaierai de faire des photos bientôt.

Enfin, la question principale : quel type d'enduit utiliser pour recouvrir le baculat ensuite ? nous voudrions un aspect beurré qu'on pourrait éventuellement peindre.

Merci

9
Réhabilitation / Isolation Atelier plafond cathédrale
« le: 05 octobre 2010 à 11:51:31 »
Bonjour,
Nous rénovons une maison ancienne (longère en bauge). Je suis accessoiriste et je travaille en atelier (sculpture, moulage, peinture). Le future atelier dispose est placé dans l'ancienne grange. Les murs sont bruts mais doublés en ciment à l'extérieur. Le sol est une chape de béton(ciment) en mauvais état.
On envisage, le retrait du ciment à l'extérieur, la réfection de la toiture et l'isolation avec de la fibre et laine de bois. Le budget est déjà bien entamé et je me questionne sur la meilleure solution pour :
1/isoler les murs (j'ai besoin de 18° minimum en hiver et maxi 24 en été)
2/ reprendre le sol (il faut une surface lisse, nettoyable facilement et pas trop froide)

Nous avions planifié la pose d'un enduit chaux chanvre de 3 cm sur tous les murs mais on atteint 5500€ (surface au sol 25m2, surface murs 55m2) c'est trop pour mon budget; On m'a conseillé le doublage des mur au triply sans COV et l'injection de ouate de cellulose dans les caissons directement au contact du mur en bauge.

Que pensez vous de ces différentes solutions ? Quelqu'un a t'il une expérience à partager sur ce type d'isolation ?

Pour le sol, sans retirer la dalle, je vois mal que faire. Si nous la détruisons, par quoi la remplacer ? Existe t'il des finitions type béton lissé sur des bétons de chaux ou autre matériaux naturels ?

Merci d'avance pour vos réponses.

10
Bonjour,
Nous venons d'acquérir une ancienne longère en région centre et nous avons été rassurés et heureux de découvrir le site et le forum. Ici (dans notre région), il est difficile de trouver des informations sur une réhabilitation. A titre d'exemple, les premiers entrepreneurs nous proposaient de doubler les murs avec laine de verre et placo et idem pour les rampants . Les murs au RDC sont déjà doublés, il faut que je sonde pour savoir avec quoi mais probablement le placo et laine de verre ! Ils mesurent 60 cm d'épaisseur en moyenne (bauge + doublage) se serait ridicule et même dangereux de les redoubler non ? Pour les combles, lorsque nous avons évoqué le confort d'été, on nous a répondu "climatisation" !!!!
Bref, tout ça pour dire que le forum apparait comme une bouée de secours en pleine mer !

Voici donc notre vieille dame et le liteau de la poutre maîtresse du salon. L'inscription complète est N (inversé).C suivi plus loin de F.I étoile (inversée = tête en bas) et 1777. On pense donc que la partie centrale de la maison date de 1777.
Auriez-vous une idée sur la symbolique du N.C dont le N est retourné (comme un miroir) et de l'étoile. J'ai lu sur le net qu'elle pouvait indiquer la matérialité, en dehors du symbole de magie noire. On n'imagine mal le charpentier signer son oeuvre et ajouter le mauvais oeil.
J'essaierai de prendre de meilleures photos la prochaine fois.

Pages: [1]