Voir les contributions

Cette section vous permet de consulter les contributions (messages, sujets et fichiers joints) d'un utilisateur. Vous ne pourrez voir que les contributions des zones auxquelles vous avez accès.


Sujets - Mich35

Pages: [1]
1
Bonjour,

Dans une maison de campagne en bauge, entre les pays de Brocéliande et de Rance, je n'arrive pas à trouver l'utilisation d'une des cheminées, dans la pièce dite "de déport".

Sa particularité est d'avoir un linteau en bois et manteau situés juste en dessous des poutres (2,30 du sol actuel). Les corbeaux en bois sont assez jolis. Le foyer n'existe plus car remplacé par un pavage d'écurie. Il n'y a pas de montants ou pied-droits pour soutenir les corbeaux.

C'est une ancienne maison de maître tisserands, puis de laboureur-tisserands. On suppose sa construction entre 1700 et 1750. Elle se composait dans sa partie habitable d'une double pièce au rez de chaussée, séparée par une cloison de torchis avec porte, sur un petit solin de pierres. Chacune de ces deux pièces possède une cheminée. Dans la pièce à vivre (l'autre), les poutres sont chanfreinées, la cheminée à linteau de bois est de grande taille aussi mais d'une hauteur normale. Le foyer pavé, avec ses deux niches, est encadré de montants en granit chanfreinés avec 2 petits motifs ronds, au pied, de chaque côté.

Le moyen de comprendre l'utilisation de cette pièce serait de découvrir par analogie la fonction de cette cheminée. J'avais imaginé un fumoir ou un séchoir, mais cela ne semble pas convenir avec le tissage. Dans toute les maisons dites "de tisserand" visitée, je n'ai pu retrouver cette disposition.

Si vous avez une idée ou un début d'idée sur l'énigme de ces cheminées hautes, je suis preneur.

J'ai deux photos, mais je dois trouver le moyen de les importer... (trop lourdes) Bon, j'essaie ce lien :
https://picasaweb.google.com/109615126631149814519/May102013?authuser=0&authkey=Gv1sRgCJHSqYHyjYnvYQ&feat=directlink

Michel

Pages: [1]