Voir les contributions

Cette section vous permet de consulter les contributions (messages, sujets et fichiers joints) d'un utilisateur. Vous ne pourrez voir que les contributions des zones auxquelles vous avez accès.


Messages - oroko

Pages: [1] 2
1
Réhabilitation / Re : Dosage teinte cave
« le: 12 novembre 2021 à 18:51:14 »
Merci également, j'ai les mêmes travaux à faire prochainement, et déjà les réponses sans avoir posé les questions  ;-)

2
Réhabilitation / Re : Dalle chaux pouzzolane
« le: 01 juin 2021 à 18:19:27 »
Voilà, c'est comme pour les célèbres pâtes « à six œufs frais au kilo » !   

Six œufs au kilo, jusque-là ok, mais au kilo de quoi en fait ? Ça doit être au kilo de farine. Et comme six œufs + un kg de farine + une bonne pincée de sel, ça fait en tout plus de 1 kg,  au final y'a pas six œufs dans un kilo du mélange frais obtenu, mais moins.  Première dérive langagière possible ;-)

Et comme ensuite le mélange sèche, et qu'on l'achète une fois séché, ça remonte le nombre d'œufs qu'il a fallu mettre pour obtenir le kilo de pâtes crues acheté hi-hi !   C'est peut-être seulement les pâtes une fois sèches, qu'il y a six œufs au kilo.  Là encore, au kilo de pâtes crues vendu, ou au kilo de la farine initiale ?  Les pübeux sont taquins.

Et s'il s'agit de six œufs frais au kilo... de sel, là ça devient six œufs frais pour peut-être 300 kg de pâtes crues !  Mais les pübeux ne sont quand même pas ausssi retors hein, ça se saurait depuis.

On remplace œufs par liant, farine par charge, sel par adjuvants, et on comprend mieux pourquoi c'est important de préciser pour les béotiens ! 

Idem pour les charges sensibles au foisonnement, comme la paille, les végétaux en général.  C'est quoi exactement un litre, ou un seau de paille ?  Ça varie énormément selon le décompactage, et à l'arrivée ça peut donner des résultats très variables, non ?   Au moins un kilo, ça ne varie pas. Oké, pas facile de doser la paille au poids en plein chantier, faut faire des accomodemments hi-hi !   

3
Réhabilitation / Re : Dalle chaux pouzzolane
« le: 01 juin 2021 à 16:35:35 »
Attention  à ne pas perdre les béotiens comme ma pomme.    Ça saute allègrement de dosages en kg/m3 au moment du mélange des ingrédients, à des densités du matériau obtenu une fois sec, données en kg/m3 là aussi, alors que les deux chiffres ne représentent absolument pas la même chose...

Essayons de nous efforcer à chaque fois, à bien préciser,

pour les dosages : 
- ou dosage de x kilos de tel liant, pour un volume de x litres ou m3 de tel agrégat, fibre etc.   
- ou dosage en volume pour volume (comme donné par Arpèges pour son Chaux/Pz)
Qui sont des proportions utilisées lors du mélange. Et « un béton à 300 kilos », ok on voit de quoi on parle, mais à la base c'est franchement du charabia.

et pour les densités finales obtenues :
- densité volumique finale du matériau une fois sec, égale à 0,3, ou 300 kg/m3
Qui donne la densité réelle d'un litre ou un m3 de matériau fini.

etc, merci d'avance ça sera un peu plus clair ;--)

4
Badass  ! !


PS :  sur un agrandissement, les personnages semblent rapportés,  ou au moins floutés.

Du coup,les sangles peut-etre aussi, mais l'image est super fun !   

5
Réhabilitation / Re : debut d'un chantier de rehabilitation
« le: 10 mars 2021 à 10:55:54 »
Hello, bienvenue au club.      Pas d'avis à donner, c'est ben trop technique pour moi.    La maison est toujours visible à vendre sur le site de l'agence,  vous devriez leur imposer de la retirer àmha....

6
Réhabilitation / Re : On casse tout....
« le: 25 novembre 2020 à 00:36:35 »

Yep, je libère l'antenne, mes aventures improbables continuent par là ;

http://www.tiez-breiz.org/forum/index.php?topic=2440.msg19663#msg19663

7
Réhabilitation / Débuts en maçonnerie
« le: 25 novembre 2020 à 00:20:18 »
Il s'agit donc ici de mes expériences, en vue de faire perdurer la maison ancienne que les hasards de la vie me font occuper provisoirement.

Un début de tentative, qui commence par s'essayer à remonter un mur de cloison dans une des caves, ici vu de l'entrée :





Et la même vue du fond de la cave :





Pour poser la pierre manquante, il a été fait appel à du plaquage provisoire, histoire de donner la ligne





Pis ensuite on meuble eun'dans :




Pis on empile encore :





Mince, je ne retrouve plus les photos d'après démoulage je les ai pourtant faites, ça va revenir.


Oui c'est tout gris tout moche, alors que c'est de la chaux, mais avec du sable gris tout pas beau, comme çui-ci :




Et lentement, le mortier en chaux / sable gris, a viré beige après cinq semaines. Ensuite, J'ai mis un peu de mélange argile sable (tamisé de ma terre), afin de rechercher une teinte plus compatible avec celle de l'existant.

Retour de conneries :  j'ai commencé à assembler le bas, avec de la chaux aérienne CL90, j'ai fait le reste à la 3.5. 
Le but était justement de faire les conneries à un endroit pas crucial.

8
Réhabilitation / Re : Re : On casse tout....
« le: 24 novembre 2020 à 17:38:18 »
... /...  reprise


J'ai essayé de faire fondre des échantillons de ce mortier dans des grosses éprouvettes (des bouteilles coupées en vrai, mais éprouvettes ça impressionne plus, ça fait démarche scientifique non ? )  et à ma grand surprise, même en attendant quinze jours,les échantillons ne voulaient pas fondre, ni même mollir du tout.  Or de visu, il y avait forcément de l'argile dedans, vu la teinte ocre/beige. Mais certainement aussi déjà de la chaux, sinon ça aurait fini par mollir, après quinze jours à baigner dans l'eau.

Ce sachant, j'ai donc essayé de reproduire un mortier équivalent, en partant de rien. Afin de faire un mortier qui « travaille » pareil que celui déjà en place, et aussi dans le but de trouver à reproduire sa teinte chaude, beige.  Mes premiers essais en chaux / sable donnaient une teinte grise désastreuse, vu que le sable acheté est gris (de la pierre concassée j'imagine, y'a une carrière pile au-dessus du bled... )
. Et en plus, le mortier met un temps infini à s'éclaircir lors de sa prise il semble : même le pabô gris moche, a fini par s'éclaircir après six semaines.

Donc y'avait deux recherches en une : caractéristiques mécaniques approchantes de celles de l'existant / et aspect visuel final flatteur, -> je veux pas que ma cave ressemble à un parking souterrain  , krr-krr..  Donc l'idée de l'appport d'argile finement sableuse, allait dans ces deux sens à la fois.

De la terre argilo-sableuse, ici à flanc de l'immense coulée de lave, y'a que ça, suffit de s'baisser   Vazy, je pioche, je pelle, j'envoie tout dans la bétonette avec de l'eau (de pluie de récup), je tamise, la soupe argileuse d'un côté, le sable de l'autre. Assez peu de sable en fait, ça m'avait AC/Dçu.  Mais de la très belle argile, très fine, qui gaine la main et rend la pieau toute douce.  Y'en a même de diverses sortes, de l'argile : de la grise/bleue, de l'orangée fluo, de la beige, toute une palette.

Et en faisant mes mélanges (on y arrive enfin, oui je sus bavard) : j'ai remarqué ce dont vous parlez plus haut :  le mortier fait avec une portion de fines argile / sable extrait du terrain et tamisé à la maille d'environ 1,5 mm, en ajout au sable concassé et lavé du commerce, et à la chaux à raison de 1 chaux pour 2 à 2,5 de tout le reste, et en laissant maturer une paire d'heures, ça donne une onctuosité que je n'avais jamais obtenue avec le simple mix chaux / sable lavé.

Ce forum est redoutable, j'en apprends tous les jours.

9
Réhabilitation / Re : On casse tout....
« le: 24 novembre 2020 à 17:33:29 »
  doublon...

10
Réhabilitation / Re : On casse tout....
« le: 24 novembre 2020 à 17:33:09 »
Joli rendu,  fort motivant à voir pour poursuivre les travaux sans fin chez soi  ;--)

Doryan, au montage de la belle arche, aviez-vous trempé les briques avant ? De ma minuscule connaissance, il semble que c'est important, pour que les briques ne fassent pas éponge et ne pompent l'eau du mortier lors de l'assemblage ? La chaux a besoin de rester humide tout le temps de la prise, non ?

C'est une vraie question : j'y connais disons 1 ou 2 sur une échelle de 100  hi-hi !  Dans ma maison auvergnate, qui était un genre de toute petite ferme familiale de village, construite au hasard des besoins et des moyens j'imagine,  il y a de tout.  Tous les murs sont en pierre non taillée, tout vient de la colline qui domine le village , et qui est une coulée de lave, donc entre 70 et 80 % des pierres sont des blocs de basalte grossièrement hexagonaux, si vous voyez les « orgues », c'est un peu ça, mais en moins géométrique, plus biscornu. De section 20x25 et de longueur 50/60 en général. Ca fait des très bonnes boutisses ou pierres de chainages croisés d'angles verticaux, mais c'est absolument intaillable, -> ça désafûte les chasses en un clin d'oeil  !
Même le chasse carbure qui m'a coûté un rein, l'arête n'a pas du tout aimé la bise répétée sur le basalte, outchhh...
De fait on ne s'étonne pas que les anciens avaient mis la pierre qui allait au bon endroit (et encore pas toujours, y'a certains murs qui font peine à voir ! ),mais qu'ils n'en avaient taillée absolument aucune. Le reste où c'est pas du basalte, c'est de l'arkose, un genre de granit pas bien fini, mais de jolie teinte.

Mais je m'éparpille . En fait je venais aux renseignements, vu que ça cause de sable, lavé ou pas, d'apport de fines, etc.  Je suis en plein dedans.
Ces dernières semaines, j'ai remonté un mur transversal qui coupe une de mes caves en deux, et qui soutient la voûte au-dessur.  Je ne pense pas que la voûte avait besoin de soutien au départ, mais le mur est là, peut-être simplement pour faire deux pièces à l'époque dans la cave, je ne saurai jamais, j'ai bien peur que ceusses qui avaient monté ce mur, n'ont plus mal aux dents depuis bien longtemps...

Bref, dans le mur transversal qui coupe la cave en deux, il y a un passage, comme une porte sans porte, et un des montants du dormant de la porte qui n'est pas, était tout éboulé. J'ai repris ça, pour me faire lamain à un endroit où l'esthétique n'est pas primordiale, afin de faire les conneries là où ça ne se verra pas, disons.   Et pour ce faire, j'ai étudié (on ne rie pas. ) les mortiers qu'il y avait, qui me semblaient à base de terre surtout, afin de tenter de reproduire le même mortier, au mieux, en me servant des matériaux de souche, et en partant du principe que les occupants précédents, avaient d'abord utilisé ce qu'ils avaient sous la main, au lieu d'alller chez Gedimat.  Correct ?

... / .. Grrr,  trop long,

11
Hello,     ManuT  désolé pour la réponse pas du tout rapide,  et également aléatoire..


une idée :  le verdissement, ça pourrait bien être une forme d'algue, ou de végétation, diatomée, bactéries, cyanos, etc,  qui a poussé à la surface de l'argile car il devait rester un peu de matière organique dans le tout ?

J'imagine que tu as déjà manipulé l'argile depuis le 9 mai,  mais sinon, à tout hasard, essaye de gratter juste la surface, sur un cm,  puis d'évacuer l'eau troublée :  le verdissement n'est sûrement pas allé plus profond.

Autre piste : traiter le vert à l'eau oxygénée forte, la teinte n'y résistera pas,  et ça élimine aussi les traces de matières organiques restantes.   Attention c'est méga corrosif, combinaison NBC obligatoire.  Ajouter l'eau oxygénée concentrée dans le premier bac, délayer la surface,  puis utiliser cette eau pour le second bac, après en avoir viré l'eau claire de surface,  pour ne pas consommer des plein jerrycanes d'H2O2 disons...

12
Bonjour Ornitho et tousses,  aucune expérience ni compétence particulière à apporter, mais si tu demandes un avis suite à ton post là c'est plus facile :  le soin et le travail mis dans la réalisation des images d'illustration des diverses solutions est bluffant, c'est un vrai plaisir à détailler. 
Pour le reste, désolé, aucune compétence, à part que comme ça au feeling, je me dis que n'importe quel appui, ponctuel ou linéaire ( = plot ou lambourde), posé sur un lit de granulat meuble, il risque bien de s'enfoncer lentement mais sûrement année par année, à cause des vibrations, des coups de talon sur le revêtement appliqué dessus, non ?  Et il s'enfoncerait alors pas uniformément à plat bien sûr, mais plus là où tu marches souvent, ou bien là où le granulat était plus meuble, moins compacté ?

13
Réhabilitation / Re : Maison d'une vie
« le: 03 février 2019 à 02:34:33 »
Bonjour,

joli projet !  Mick,  si c'est le chiffre brut de 70% d'humidité qui vous inquiète, il est à relativiser.  Dans une maison à 900m, non chauffée, il devait faire dans les 5°C au moment de la mesure, non ?   Et 70% d'humidité à 5°C, ça fait très peu d'humidité réelle.   
Pardonnez-moi si vous savez déjà ce qu'exprime ce %age : il se rapporte à la quantité de vapeur d'eau maximale, que peut absorber l'air au moment où est faite la mesure, en l'occurrence ici à 5°C maxi peut-être ?
J'ai eu longtemps des aquariums tropicaux dans un logement en location, du coup j'ai eu à m'intéresser de très près à ces histoires d'humidité, pour ne pas abîmer le logement ni ma caution...
Imaginons la même maison, que vous fermez bien close, et que vous chauffez lentement, sans échange (théorique... ) d'humidité avec l'extérieur, toute l'eau « reste dedans » , quoi.  On constaterait alors sur le même afficheur d'hygrométrie, que le taux d'humidité chute de plusieurs dizaines de % à chaque 8 ou 10° d'élévation de la température de l'air. Ca n'a rien de magique : il y a « toujours autant d'eau », mais l'air à 20°C peut absorber bien plus d'humidité que le même volume à 5°C, donc l'afficheur va maintenant indiquer 35 ou 40% d'humidité à 20°C, ce qui fait déjà bcp moins peur !   Ce sont bien sûr des chiffres approximatifs, mais ça donne le principe.
Et si on faisait l'expérience dans la réalité, ça serait bien plus complexe, car si on chauffe l'air et pas les murs (grille-pains, etc.. ) , le %age d'humidité affiché va baisser encore plus, car la vapeur de l'air chaud va se condenser dans les murs plus froids que l'air,  c'était bien mon souci avec mes aquariums dans ma maison en location d'ailleurs !



Oulaa, c'est gros, au moins on y voit, c'est ma première insertion ici...
En se référant aux 70% évoqués et aux 5° estimés, on voit sur l'échelle de droite, que ça fait finalement très peu d'eau réellement présente dans l'air : dans les 4 grammes / kg d'air.  Et si on tire horizontalement vers la droite, depuis le point d'intersection 70% / 5°C, jusqu'à croiser la verticale des 20°C,  on voit que la même eau dissoute dans l'air ambiant, fait maintenant moins de 30% d'humidité ambiante, pas de quoi attraper peur !

14
Très intéressants ces retours sur moyen et long terme,  merci de partager ces informations !

15
Recherches d'images & Histoire de nos maisons... / Re : Kinder surprise
« le: 13 février 2018 à 01:20:53 »
Belle trouvaille,  ne lâchez pas la rampe...

Pages: [1] 2